Mercredi 18 avril 2018 — Dernier ajout samedi 16 juin 2018

Saisons de vie Enregistrer au format PDF

0 vote

Au chant du merle siffleur, la marmotte secoue sa torpeur. Sortie de son lourd sommeil, elle s’offre aux baisers du soleil,

Le jour perce la voûte ténébreuse. L’églantine séduit les butineuses Elle a revêtu sa plus belle crinoline, et se prépare à une danse libertine.

Ce matin le jardin sent bon ! Le papillon a quitté son étroit cocon. Habillé de mille couleurs il fait la cour à quelque jolie fleur.

En terre obscure le blé a germé. Il dresse fièrement son épi doré. Fauché, battu, broyé, demain, Nous le changerons en bon pain !

Les fleurs confient à tous vents leur pollen aux parfums enivrants. Elles peuvent sans regret se faner, Leur descendance est assurée.

L’hirondelle, joyeuse de sa nichée, à ses petits qui vont s’envoler parle d’un grand voyage : Il leur faudra du courage !

Sans bruit, l’été s’en est allé, De cuivre et d’or, les arbres se sont parés. L’écureuil creuse une cachette Pour sa provision de noisettes.

Quand s’annonce le grand froid, Quand l’hiver, de la forêt devient roi, Sous le blanc manteau, tout dort en rêvant Au retour du beau temps.

Le printemps tient sa promesse. A chaque fleur il offre sa caresse Les ténèbres appellent le jour Toute blessure parle d’amour.

A chaque heure qui sonne, En secret, quelqu’un tisonne au creux de tout ce qui dort, un constant refus de la mort

Avec le temps qui passe, Les vieux acteurs trépassent Jeune, toi qui fais ton entrée, N’oublie pas de les saluer.