FETE DE L’ENGAGEMENT DE CHRISTIANE MAQUILÕN, « ASSOCIÉE » A LA CONGRÉGATION DES FILLES DU SAINT-ESPRIT

C’était le 2 février 2024 à la chapelle de la Maison Mère à Saint-Brieuc qui avait revêtu sa parure de fête.

Christiane a choisi ce lieu où, dans sa prime adolescence, elle a renouvelé son engagement baptismal. (C’était l’époque où les élèves de l’institution Saint Pierre y faisait leur « Communion solennelle »).

C’est intentionnellement que Christiane a choisi cette date du 2 février pour faire son engagement comme « associée ». L’abbé Gérard Nicole qui présidait la célébration nous rappelait le sens de cette fête de la Présentation de Jésus au Temple : « Porté » par ses parents, Jésus vient à la rencontre de son Dieu et de son peuple tandis que Joseph et Marie offrent au Père celui qui ne leur appartient pas… « Portée » par les Filles du Saint-Esprit qu’elle a rencontrées au cours de ses études et de son professorat au Centre Marie Balavenne, par celles qui ont accompagné sa recherche et sa formation, portée par ses collègues de travail et par ses nombreux amis, par quelques associés présents -certains venus de loin- , Christiane vient offrir au Seigneur toute sa vie marquée par les joies et les peines, « s’abandonnant à Lui dans la famille Filles du Saint-Esprit ».

Aussi, c’est avec grande joie et chaleur humaine que Philo Ac’h, provinciale, accueille sa demande d’entrée dans la « Famille », et que Madame Maryse Jourdain, présidente des Associés, la reçoit.

A l’issue de la célébration, Christiane n’a pas manqué de remercier l’assemblée priante qui l’a « portée » : deux voix magnifiques soutenue par une animation de qualité ont en effet contribué à créer un climat de prière : (une célébration qui a « fait du bien » à beaucoup de participants !) Christiane dit sa joie de vivre désormais « en équipe avec une foi renouvelée », confiante en l’Esprit de consolation qui guidera sa route…

 

Quoi de mieux que le « pot de l’amitié », offert à la salle Marie Balavenne, servi par la Communauté d’accueil de la Maison-Mère, pour se rassembler autrement, échanger en communiquant sa joie d’être ensemble !

Pour clore ce jour de fête, une trentaine d’invités, associés, prêtres amis de la cathédrale de Saint-Brieuc, (paroisse à laquelle appartient Christiane) Filles du Saint-Esprit, ont poursuivi les festivités au restaurant.

Que Dieu soit loué pour ce jour de fête !

Soeur Armandine Bagot

Dans le texte disant la  » Finalité de la Maison Ile blanche , en Locquirec ( 29) , nous lisons :

« La Congrégation des FSE réaffirme sa volonté de soutenir et de faire vivre la Maison d’accueil de l’Ile blanche qui a pour vocation d’accueillir toutes les personnes désireuses de prendre un temps de réflexion avec elles-mêmes ou avec Dieu …L’ile blanche se veut un espace de rencontres, de partages, d’échanges de réflexion …dans un esprit d’ouverture …. »

Cela se vit au fil des jours mais également à travers des propositions diverses

Aujourd’hui, nous vous faisons part de 3 propositions qui pourraient intéresser telle ou telle Sœur, des membres de notre Famille spirituelle FSE, ou toute autre personne que vous connaissez :

  • Jeudi 7 mars 18 h- lundi 11 mars 9 h

Une session-retraite animée par Mr Denis Magnin et Sr Anne-Marie Foucher, avec la participation d’Elena Lasida :

 » Se remettre en mouvement lorsqu’on n’arrive plus à avancer ... »

 

  • Samedi 9 mars au soir

Au cœur de la session, Elena Lasida animera une soirée-rencontre

pour écouter et éclairer ce que l’on tente de vivre, ici et là, dans la conversion à l’écologie intégrale selon Laudato si

  • Samedi 16 mars, 10 h -17 h

Une journée sur  » l’œuvre de lumière et de foi intense  » de Philippe Mac Leod : un poète mystique que nous avons eu la joie de rencontrer à l’Ile blanche et qui a vécu la dernière étape de sa vie dans les Côtes d’Armor.

La 2ème journée sur  » l’œuvre de lumière et de foi intense  » de Philippe Mac Leod : un poète mystique que nous avons eu la joie de rencontrer à l’Ile blanche et qui a vécu la dernère étape de sa vie dans les Côtes d’Armor …

 

Chacun des flyers ci-joints vous donne des précisions sur ces propositions.

Si vous souhaitez un complément d’informations, n’hésitez pas à téléphoner à la Maison d’accueil de l’Ile blanche : 02 98 67 43 72.

A la joie de vous rencontrer peut-être à l’un ou l’autre de ces moments !

La commission d’animation

 

Nous étions cinq Filles du Saint-Esprit à prendre part à cette impressionnante et magnifique veillée…

Elle a démarré par une demi-heure de convivialité : un jeu de cartes distribuées nous a permis de rencontrer, autour d’un café, des personnes que nous ne connaissions pas ! Sur ces cartes, diversement colorées, figurait l’image du bon samaritain, récit choisi cette année par l’Église pour unifier notre prière : « tu aimeras le Seigneur ton Dieu et ton prochain comme toi-même »

Puis ce fut le temps de la prière pour laquelle, chacune des confessions, représentée par un(e) ministre du culte, (église réformée, évangélique, orthodoxe, catholique) a pris place. Longues demandes de pardon pour nos séparations, nos divisions, ce qui les cause et ce qu’elles génèrent…. Nombreux chants d’action de grâce, dans un langage qui parle au cœur plus qu’à l’intellect, pour l’amour que le Seigneur Dieu porte à chacun : et nous avons chanté des mélodies toutes simples,… accompagnés par des musiciens bien exercés…. D’un seul cœur, nous avons loué l’unique Dieu !…

La proclamation de l’Évangile du bon Samaritain a été suivie, non d’une homélie comme à l’ordinaire du culte catholique, mais d’un témoignage et un échange en groupes. Témoignage d’une sœur de la communauté du « Chemin neuf », présente à l’Abbaye de Boquen… une femme que la nationalité suisse germanophone plongeait dès l’enfance dans un milieu œcuménique, une femme que diverses circonstances ont conduites à vivre l’œcuménisme dans la prière quotidienne selon l’engagement du Chemin neuf. Témoignage percutant qui ne laisse pas indifférent !…

L’échange en groupe qui a suivi devait nous conduire à trouver comment, en cette année 2024, chacun va vivre l’œcuménisme.  Occasion de découvrir qu’autour de nous il y a des réalisations œcuméniques (café théologique, accompagnement de migrants… participation occasionnelle au culte d’une autre confession… ) ; moment de vérité où chacun s’interroge : que puis-je faire ?… tout en sachant que prier pour l’unité des chrétiens tout au long de l’année – et pas seulement entre le 18 et le 25 janvier – est déjà une action bénéfique…

Nouvelle action de grâce avant que chaque ministre prie pour son Église, prière à laquelle s’unit toute l’assemblée. Et c’est, mains reliées, que nous avons proclamé le « Notre Père », car

« nous sommes une seule Église…

nous n’avons qu’un seul Père,

nous n’avons qu’un seul Roi,

nous n’avons qu’un seul Sauveur ! »

Alors, « louons Dieu pour nos différences et vivons la fraternité ! »

Soeur Armandine Bagot, FSE – Trégueux

 

C’est dans une ambiance très festive que  70 résidents de la Maison de retraite, sont venus fêter avec un peu d’anticipation Noël ! (suite…)

 L’heure de la retraite a sonné pour Martine Allanic, qui occupait jusqu’alors le poste de secrétaire à la Maison Jeanne Guernion (Maison Mère, Saint Brieuc) depuis 2006.

Martine a longtemps travaillé pour les sœurs, d’abord au service de la protection sociale à partir de 2004, à la Maison provinciale, avant de prendre le poste de responsable d’accueil et secrétaire à l’EHPAD des Filles du St Esprit au sein de la Maison Mère.

Jeudi 21 décembre, les salariés de la Maison Jeanne Guernion et les salariées de l’Association La Fontaine travaillant auprès des sœurs aînées ont entouré Martine pour lui souhaiter une belle et heureuse retraite, en présence de M.Després, directeur de l’établissement et de quelques membres du Conseil d’administration.

Voici quelques mots de M.Le Goff, son président :

« Merci Martine pour vos atouts relationnels : on ne devrait pas intituler votre poste Responsable d’Accueil mais « figure de proue » si je peux me permettre car c’est auprès de vous que le résident, sa famille, nouent un premier contact.

Merci Martine pour cette constance, cette rigueur, cette stabilité, si précieuse à une fonction comme la vôtre.

Merci Martine pur votre accueil, votre sourire, votre humour et cette empathie déployée auprès des résidents, de leurs familles, des religieuses de la Congrégation, des professionnels qui vous sollicitaient. »

Oui, un grand merci à Martine !

Nous lui souhaitons une heureuse retraite, riche en balades et en découvertes…

Pascale Judic, coordinatrice de la communauté des sœurs aînées à la Maison Jeanne Guernion

L’heure du départ à la retraite a sonné pour Véronique DIKOMA. Pendant huit ans, elle a exercé au sein de la Maison Jeanne Guernion (Maison mère, Saint-Brieuc) comme assistante à la responsable de communauté au service des sœurs aînées. Les résidents, religieuses et laïcs, et les salariés ont eu l’occasion de lui dire merci pour son dévouement, son sourire et sa présence lors d’un goûter festif  le jeudi 14 décembre dernier.

Pour l’occasion, les sœurs avaient composé la chanson que voici sur l’air « Étoile des neiges ».

« Nous avions vraiment besoin d’aide pour la grand’ communauté

Tu as accepté de venir travailler

Pour une soixantaine de sœurs âgées.

 

R – Aur ’voir Véronique ! Nous te regrettons

Tu fais partie de la Maison

C’est pas l’Amérique là où tu t’en vas

Si tu t’ennuies reviens nous voir quand tu pourras.

 

Tu as arpenté les étages, connu chacune par son nom

Tu as écouté, porté le réconfort

A celles dont le moral semblait mort.

 

Tu as traversé des épreuves, vaillante en tous les combats

Dans nos réunions ta foi vive et ta voix

Portaient l’espérance et la joie.

 

Nous gardons ton rire sonore qui vibrait dans la Maison

Nous te souhaitons de conserver toujours

Ta vitalité des plus beaux jours. »

 

Nous souhaitons une bonne retraite à Véronique, bien remplie, n’en doutons pas !

 

Pascale Judic, coordinatrice de la communauté des sœurs aînées à la Maison Jeanne Guernion

Voici une invitation à venir participer à la Veille de Noël qui aura lieu dans la Chapelle des Filles du Saint-Esprit à Saint-Brieuc, Maison-Mère.

 

Ce film « Bigger than us » a été projeté lors des semaines sociales du 24 au 26 novembre dernier à Lyon

En novembre 2019, Melati Wijsen, une jeune femme indo-hollandaise de 18 ans, se rend à l’ONU pour témoigner d’un combat, celui qu’elle mène à Bali depuis six ans avec sa soeur : l’élimination des matières plastiques qui polluent notamment les plages et les mers du monde entier. Devant la caméra de Flore Vasseur, elle fait part de ses inquiétudes devant le monde qui se profile et évoque son parcours et ses rencontres avec des gens qui mènent, comme elle, un combat pour la planète. Elle évoque notamment les actions de Mary Finn, en Grèce, ou de Mohamad Al Jounde, un jeune Syrien qui vit désormais au Liban.

Marie-Bernadette GUYOMARD, FSE – Saint-Brieuc

Diaporama

Défilement vers le haut