Vœux Enregistrer au format PDF

Dimanche 1er janvier 2017 — Dernier ajout samedi 16 juin 2018
0 vote

Que cette année nouvelle Doucement efface nos certitudes d’hier Qu’elle éclaire nos doutes d’aujourd’hui Et affermisse nos pas vers demain.

Il n’est plus, le temps de la douce tranquillité Et de l’insouciance trompeuse. Mais en ces temps incertains gardons-nous de céder à l’angoisse, qui paralyse l’esprit et fatigue le cœur. Méfions-nous de deux experts de la fermeture : l’aveuglement qui dispense d’avancer et la surdité intérieure qui insidieusement tisse la toile de l’isolement

Faisons de l’inquiétude, humble et discrète, notre douce et fidèle compagne. Car elle est fille de l’amour. Où fleurit l’amour, comme à chaque printemps. coule la sève de l’inquiétude,

Comme au commencement de toute alliance, elle se tient sur le fil du rasoir de la promesse, l’inquiétude. Elle gifle l’engourdissement prompt à s’installer dans nos esprits. Elle chasse la somnolence à la recherche d’un cœur où faire son lit.

Elle est mère de l’attention et de la présence, sœur de la prévenance et de la persévérance. Entre le rire et les larmes, elle rassure et console. Elle est le sourire de la compassion, le vif-argent de la paix.

Adieu angoisse et anxiété. Faisons une place entre nous à notre sœur l’inquiétude. Au fond de nos cœurs elle saura battre la mesure de l’amour qui est sans mesure. En ces temps où la fragilité s’invite à notre table, « Aimez-vous les uns les autres », pourrait bien devenir : Soyez inquiets les uns pour les autres.

Bonne Année en compagnie d’une amoureuse inquiétude.

Vos témoignages

  • Marie-France Cavaloc 1er janvier 2017 11:51

    Jeanne, merci.

    tes p’tits billets sont toujours pleins de sagesse. Pour un 1er janvier, c’est réconfortant de dissocier angoisse et anxiété et la douce inquiétude, « mère de l’attention et de la présence ». Bonne année à tous ceux qui liront message et commentaires. Marie-France