Vie religieuse et classe de C.E. 2 Enregistrer au format PDF

Samedi 15 février 2020
2 votes

Une enseignante de l’école catholique de Langueux nous a demandé si une d’entre nous accepterait de rencontrer les élèves de sa classe de CE2. Elle voulait les sensibiliser à la vie religieuse. J’ai été la « volontaire désignée d’office » !

Le 12 février, avant la fin de la récréation du matin, me voici donc à la grille bien fermée de l’école Sainte Marie. Il y a eu des Filles du Saint-Esprit à l’école de Langueux et je les appelle à l’aide pendant que Marie-Bernadette, l’institutrice, m’introduit d’abord dans la cour, véritable volière, et me fait rencontrer ses collègues et le Directeur.

Une classe de CE2 toute simple. Marie-Bernadette, l’enseignante, m’explique qu’elle a commencé à parler aux enfants de la vie religieuse. Les moyens pris ont été très divers : un échange sur ce qu’ils en savent, une vidéo sur Sœur Emmanuelle, des découvertes grâce à un livret où il est question des sœurs de Jeanne Delanoue. Grâce à ces recherches et échanges, ils savent déjà ce que c’est qu’une fondatrice et la différence entre une Congrégation et une communauté !

CE21

De plus, ils ont élaboré des questions que l’enseignante a regroupées en tenant compte des sujets un peu semblables. Elle me remet la feuille portant les questions : Il y en a 22 ! Je sens qu’on ne va pas manquer de matière à échange et débat !

Une bonne vingtaine de garçons et filles entrent et s’installent à leur place. Ils sont silencieux mais pas guindés, peut-être impressionnés comme moi ?

Après les présentations d’usage, je leur ai posé moi aussi une question : « Est-ce que vous connaissez Jésus ? » … sinon, vous aurez du mal à comprendre pourquoi on peut « devenir religieuse » comme vous me demandez. Réponses de leur âge, très diverses et spontanées.

Puis, un d’entre eux lit à haute voix la 1re série de questions. Ce sont les plus personnelles et classiques : A quel âge vous avez eu envie d’être religieuse, pourquoi… le temps de formation etc.

Les groupes de questions se succèdent : sur la Congrégation, comment elle a commencé, la communauté, le métier des sœurs, ce qu’on fait de notre argent, comment on aide les autres, comment prier tout seul et en communauté, à quel âge on est en retraite (bien d’actualité !) …

CE222

Il y avait les questions préparées, mais les doigts se levaient encore et encore, demandant des précisions. La maîtresse donnait la parole. J’ai été heureusement surprise de leur qualité d’écoute, des questions ajoutées comme : « Est-ce que je pourrais être Sœur » (un garçon). Ce qui m’a permis de parler des Frères. Ou : « Est-ce qu’on peut arrêter d’être Sœur ? » Ou : « Je veux prier mais je suis triste à l’église parce que… » Leurs réactions témoignent déjà d’un vécu qui porte leurs questions. Ils ont voulu chanter pour me remercier mais je les remercie aussi.

Dans ma relecture et ma prière, j’ai noté :

- Un bain de jouvence car il y a bien longtemps que je n’avais pas rencontré un groupe d’enfants !

- J’ai rendu grâce pour cette éducatrice de qualité. Pour le climat de respect et d’écoute qu’elle a su créer, par exemple : Pas un sourire, pas un ricanement quand l’un ou l’autre avait du mal à s’exprimer. Tous attendaient en silence.

- Je les confie au Saint-Esprit pour qu’ils entendent aussi l’appel qu’Il leur adresse.