Ressourcement … en famille, et en Famille FSE Enregistrer au format PDF

Mercredi 28 novembre 2012 — Dernier ajout samedi 8 novembre 2014
0 vote

Découvrir, rencontrer, puiser à la source …

Des associés du Jura ont profité de cet été pour vivre des vacances familiales … et, en même temps, faire ensemble, sous la conduite souriante et passionnée de Sœur Louise, un « pèlerinage aux sources », dans ces lieux où tout a commencé pour notre Famille FSE. Soyons attentifs ! … Le murmure de la « source obscure » (poème de Madeleine Le Saux) résonne dans les paroles de ces deux jeunes familles …

Il nous faut écouter, contempler et marcher, flâner dans ces chemins qui vont tous à la mer … Le vent du large … fait lever les yeux vers la splendeur du monde et la peine des hommes. Laissons, en écho, la parole à Timothée (7ans) et Elsa (5ans) :


- J’ai aimé la pointe du Roselier, parce qu’on s’est bien amusés … et le port du Légué où il y avait de jolis bateaux … J’ai appris que la maman de Marie Balavenne était morte quand elle était toute petite ; et que sa soeur avait remplacé sa maman.
- Le château (à Taden) était beau, mais j’aurais aimé le voir en entier. La maman d’Elsa ajoute : Oui, j’éprouve un peu de tristesse en voyant ces ruines… mais les pierres ne sont que des pierres, et l’Esprit demeure.

Il nous faut découvrir le secret de l’élan, de la vitalité qui ont obstinément traversé les années … L’amour s’est donné, davantage toujours … Isabelle : Nous avions parlé du Comte et de la Comtesse de La Garaye, pendant notre formation d’associés, et leurs conversions m’avaient frappée. Je suis touchée par leur total revirement … de leurs vies mondaines vers une vie au service des autres. Venir en ce lieu m’a permis d’approfondir leur histoire, et d’imaginer cette époque où les médecins opéraient sans anesthésie. Je suis marquée aussi par le fait qu’ils se sont associés avec les Filles du Saint-Esprit, qu’ils ont formées à la médecine. Très tôt, donc, dans l’histoire des Filles du Saint-Esprit, les religieuses ont fait alliance avec des laïcs. La modeste maison dite de Charité rayonne maintenant jusqu’au bout de la terre …
Séverine : Le lieu qui m’a marquée, c’est le port du Légué où tout a commencé … les habitations simples, modestes où nos fondatrices ont œuvré pour le bien et le soutien des plus petits. Elles vivaient simplement parmi le peuple … C’étaient des femmes humbles, habitées par l’audace de l’Esprit. C’est une invitation, un exemple à suivre pour nous aujourd’hui : agir dans la simplicité, AVEC et pour les autres, ceux qui ont besoin d’aide, besoin de nous.

L’histoire s’alimente à l’amour ordinaire puisé aux profondeurs de l’Amour infini…
Elsa et Timothée : j’ai aimé quand les Sœurs, à Plérin, nous ont offert des gâteaux … et, moi, j’ai aussi aimé les danses africaines chez les Sœurs …

La même chose, mais vue par Isabelle : Dans le présent des Sœurs d’aujourd’hui, j’ai été frappée par le dynamisme des jeunes Sœurs africaines (qui faisaient, elles aussi, leur pèlerinage aux sources) et que nous avons été très heureux de rencontrer, mais aussi par le dynamisme des Sœurs françaises. Bien que n’étant plus toutes jeunes, elles ne vivent pas « pour elles », et restent toujours actives POUR LES AUTRES

La petite Marie(Balavenne) … invite aujourd’hui au Puits de la rencontre où la vie est changée. Le Seigneur de la Source y vient encore s’asseoir, et c’est Lui qu’elle montre … Toutes ces rencontres m’ont fortement interpellée … Dans « l’a-venir » de la Famille Filles du Saint-Esprit, nous, laïcs associés, nous avons, sans doute, un rôle grandissant à jouer pour faire vivre le charisme ? … et comment ?

En réponse, je médite et garde au cœur, tout spécialement, ce passage de notre Livre de Vie :

Entrer dans l’œuvre de l’Esprit dans notre monde demande SIMPLICITE et AUDACE. L’Esprit nous rend HUMBLES et INVENTIFS, capables d’accueillir l’amour et de le communiquer. A certains moments, il faut accepter de PERDRE NOS SECURITES, rencontrer la contradiction, et MARCHER DANS LES RISQUES DE LA FOI.

Vos témoignages

  • Thérèse Revault 30 novembre 2012 10:11

    Quel beau cadeau nous est offert à travers ce « récit » familial ! Oui « la petite Marie avait tout de la Source » et voilà que son histoire arrive à toucher le cœur d’enfants … comme celui de leurs parents . Merci+++ à nos amis jurassiens ! Cet article nous redit combien « faire Famille » est une grâce . Joie de savoir qu’une petite Marion vient de naître au foyer de Severine et François le jour-même où paraissait cet article . Nous communions à leur joie ainsi qu’à celle des « quatre grands »qui voient avec bonheur le cercle familial s’élargir. Merci également à Maksoud , Isabelle et leur « petite troupe » Thérèse Revault