Quatre quatrains pour les quatre dernières semaines du confinement Enregistrer au format PDF

Mercredi 6 mai 2020 — Dernier ajout jeudi 7 mai 2020
1 vote

11 Avril – 11 Mai 2020

I « Le corona pour tous ! » Slogan ? Plutôt menace

Qui pèse lourdement sur cette décennie (1)

Sur tout le genre humain, et Urbi (2) et orbi

Sans test ni vaccin, ni masques_efficaces (faire la liaison)

II L’épidémie progresse et devient pandémie

Chaque soir, tristement, nous dénombrons nos morts.

Ils nous laissent, sans bruit, en proie aux lourds remords

Sans couronne ni fleur, sans une main amie.

BOUTON-DE-ROSE COUPE

III Prendrons-nous à la lettre ces mots pleins de mystère :

« Laisserons-nous les morts ensevelir nos morts » (Luc IX 60)

Contraints de les quitter, privé de réconfort

Sans l’ultime secours d’une humaine prière ?(3)

IV Et lorsqu’enfin viendra le temps des funérailles,

Qui dira les bienfaits d’un long confinement

Les vertus du silence et du recueillement

Nous préparant aux éternelles retrouvailles ?

1) A peine commencée.

2) « A la Ville et au monde ». La Ville avec majuscule, par excellence : ROME qui a tant souffert du COVID19.

3) Allusions aux difficultés actuelles de la pastorale de la santé : on a interdit dans certains hôpitaux, la visite, in articulo mortis, « d’un prêtre, d’un pasteur et d’un imam » à des malades qui en ont préalablement fait la demande.

Vos témoignages