L’Etranger Enregistrer au format PDF

Jeudi 10 octobre 2019 — Dernier ajout lundi 21 octobre 2019
1 vote

Tant de brume en tes yeux

Tant de soleils voilés !

Et la clarté de l’eau flânant au bord des sables.

Une ombre passe

Une main

Est-ce le vent du Sud ?

Non !

Tu as froid

Et caresse de femme

N’éveille pas les morts

enfant-triste

Tremble encore en ta gorge

Le rire du bébé

Le tiède lait caillé

Coulé du sein tout proche

Tu as froid.

Frère, d’où viens-tu ?

Où as-tu mal ?

Tant de brume en tes yeux

Tant de soleils voilés !