« Je connais des bateaux. » Enregistrer au format PDF

Mercredi 5 juin 2013 — Dernier ajout dimanche 2 juin 2013
0 vote

Certains entendent cet appel : « Passez sur l’autre rive » et rament courageusement contre le courant. D’autres entendent peut-être un appel différent : « Avancez au large ».

Pour passer sans encombre sur l’autre rive où tous sont attendus avec la même bienveillance, j’ai trouvé un joli petit bateau. J’ai même réussi à y caser pas mal de choses, un peu plus que l’essentiel !

Tandis que je rame tranquillement voici qu’un autre bateau s’approche dangereusement. Mais il est vide ! A la dérive ! Mon sang ne fait qu’un tour. Je l’évite de justesse. Je rentre donc mon inutile colère. Il serait ridicule de s’en prendre à un bateau vide ou à son propriétaire anonyme qui n’en a cure.

Tout change s’il y a quelqu’un à bord de ce bateau. Je lui crie de dégager la voie. S’il fait comme si je n’existais pas, s’il continue à ramer dans ma direction, panique à bord ! Collision inévitable ! Je m’énerve et je laisse éclater ma colère contre ce congénère « m’en-foutiste ».
L’idée d’une maladresse de sa part ne traverse même pas mon esprit. Non ! Il l’a fait exprès pour arriver le premier sur l’autre rive afin de ravir un trésor après lequel nous ramerions tous, oubliant qu’il n’y a pas d’autre trésor que la personne de celui qui nous attend.

Il en va de même dans nos relations… cliquez sur le document  !

info document -  PDF - 423.5 ko

Documents à télécharger