« Fête de la vie consacrée 2020 … » Enregistrer au format PDF

Lundi 3 février 2020
0 vote

Une tradition et, en même temps, une invitation à goûter, de manière neuve, la joie d’être « choisis et établis, avec des Sœurs et des Frères, pour porter du fruit , un fruit qui demeure " Jn 15

Dans ce grand pays de Morlaix , St Pol de Léon et Landivisiau, six communautés de consacrés ont choisi de se retrouver chaque année pour faire de cette Fête un temps de partage, de prière et de convivialité, un temps qui renforce entre nous tous une fraternelle solidarité : Sœurs Carmélites et Sœurs Augustines de Morlaix , Sœurs Joséfinas (d’origine brésilienne) vivant à St Thégonnec, Pères de St Jacques de Guiclan, missionnaires en Haïti, au Brésil et en France, Filles du St Esprit présentes à Roscoff et à l’Ile blanche, avec la participation de notre aumônier car c’est dans notre maison que nous nous étions donné rendez-vous cette année .

Temps de l’accueil, de la découverte 1

Suite au « mois extraordinaire de la mission », vécu en octobre dernier dans toute l’Eglise, nous avons partagé à partir de la question : « En quoi notre manière de vivre la mission, « d’ETRE MISSION »- selon l’expression du Pape François – en a-t-elle été renouvelée ?

Intense moment de partage en petits groupes, ressaisi dans une prière d’action de grâces apportée au cours d’une célébration. Un moment fort qui nous a permis de redire oui au chemin de consécration engagé dans nos différents Instituts : « Nous voici devant toi ô notre Père, rassemblés devant toi sous son Nom…serviteurs, en tout lieu, de ta plus grande Gloire »

Une écoute grave… mais combien profonde !

2 février 3[4878]

six petites flammes ravivées… une même lumière

Dans le riche « bouquet d’actions de grâce » cueilli au terme du partage, nous avons entendu : «  Béni sois-tu Seigneur pour notre communion en vie consacrée vécue sur nos chemins divers …pour le nouvel élan missionnaire que tu as engendré en nos communautés, .. pour les frontières personnelles que tu nous invites à franchir

Serviteurs en tous lieux … liés par la Fraternité

Seigneur, quelles que soient les initiatives suscitées par ce mois missionnaire, il a été l’occasion d’approfondir et d’affiner la conscience de ce qu’est la mission des chrétiens dans l’Eglise ; nous t’en rendons grâces. » Et c’est dans un fraternel temps de convivialité que s’est poursuivi l’échange. « Comme les disciples d’Emmaüs, nous avions le cœur plein de joie sur le chemin du retour. ». écrit une participante au lendemain de la Fête .

Savoir voir… et accueillir la grâce …. nous recommande le Pape François en ce 2 Février 2020 - Copie

. Et le rendez-vous est déjà fixé pour 2021 chez nos Sœurs Augustines !!!

Fête de la Présentation 2020 © Vatican Media Homélie du pape François « Mes yeux ont vu le salut » (Luc 2, 30). Ce sont les paroles de Syméon que l’Evangile présente comme un homme simple : « un homme juste et religieux » – dit le texte (v. 25). Mais, de tous les hommes qui étaient au temple, lui seul a vu en Jésus le Sauveur. Qu’a-t-il vu ? Un enfant : un petit, fragile et simple enfant. Mais là, il a vu le salut, parce que l’Esprit Saint lui a fait reconnaître dans ce tendre nouveau-né « le Messie du Seigneur » (v. 26). En le prenant dans ses bras, il a perçu, dans la foi, qu’en lui Dieu accomplissait ses promesses. Et lui, Syméon, pouvait s’en aller en paix : il avait vu la grâce qui vaut plus que la vie (cf. Ps 63, 4), et il n’attendait plus rien. Même vous, chers frères et sœurs consacrés, vous êtes des hommes et des femmes simples qui ont vu le trésor qui vaut plus que tous les avoirs du monde. Pour lui, vous avez laissé des choses précieuses, comme les biens, comme fonder votre famille. Pourquoi l’avez-vous fait ? Parce que vous êtes devenus amoureux de Jésus, vous avez vu tout en lui et, captivés par son regard, vous avez laissé le reste. La vie consacrée est cette vision. C’est voir ce qui compte dans la vie. C’est accueillir le don du Seigneur les bras ouverts, comme fit Syméon. Voici ce que voient les yeux des consacrés : la grâce de Dieu reversée dans leurs mains. La consacrée est celle qui, chaque jour, se regarde et dit : “tout est don, tout est grâce”. Chers frères et sœurs, nous ne méritons pas la vie religieuse, c’est un don d’amour que nous avons reçu. Mes yeux ont vu ton salut. Ce sont les paroles que nous répétons chaque soir pendant les Complies. Avec elles, nous concluons la journée en disant : “Seigneur, mon salut vient de Toi, mes mains ne sont pas vides, mais pleines de ta grâce”. Savoir voir la grâce est le point de départ. Regarder en arrière ; relire son histoire et y voir le don fidèle de Dieu : non seulement dans les grands moments de la vie, mais aussi dans les fragilités, dans les faiblesses, dans les misères. Le tentateur, le diable insiste sur nos misères, nos mains vides : “Après toutes ces années tu ne t’es pas amélioré, tu n’as pas réalisé ce que tu pouvais, ils ne t’ont pas laissé faire ce vers quoi tu étais porté, tu n’as pas toujours été fidèle, tu n’es pas capable…” et ainsi de suite. Chacun d’entre nous connaît bien cette histoire, ces paroles. Nous voyons que cela est en partie vrai et nous suivons des pensées et des sentiments qui nous désorientent. Et nous risquons de perdre la boussole, qui est la gratuité de Dieu. Parce que Dieu nous aime toujours et il se donne à nous, même dans nos misères. Saint Jérôme donnait tant de choses au Seigneur et le Seigneur en demandait davantage. Il lui a dit : ‘‘Mais, Seigneur, je t’ai tout donné, tout, que manque-t-il ?’’ – ‘‘Tes péchés, tes misères, donne-moi tes misères’’. Lorsque nous gardons le regard fixé sur lui, nous nous ouvrons au pardon qui nous renouvelle et nous sommes confirmés par sa fidélité. Aujourd’hui nous pouvons nous demander : “Moi, vers qui j’oriente mon regard : vers le Seigneur ou vers moi ?”. Celui qui sait voir avant tout la grâce de Dieu, découvre l’antidote au manque de confiance et au regard mondain.