Ce « riche », c’est qui ? Enregistrer au format PDF

Samedi 28 septembre 2013
0 vote

Génial ce Jésus qui nous fait voir ce qu’on ne veut pas voir !….

Génial ce Jésus… qui sait nous faire voir ce qu’on ne veut pas voir… et nous faire entendre ce qu’on ne veut pas entendre !… Une mise en scène qui nous projette dans un au delà de l’espace et du temps… mais qui nous renvoie à notre aujourd’hui !

Deux univers très éloignés l’un de l’autre… et pourtant, dans nos villes, comme au temps de Jésus, ils se côtoient : les magasins achalandés de produits luxueux voisinent avec les « sans domicile fixe » à la démarche souvent hésitante et aux yeux parfois hagards, non gratifiés par la vie…

Ils se côtoient, sans se voir, sans se reconnaître... sans un bonjour, sans un bonsoir… dans l’anomymat souvent total… Le « riche » de la parabole, enfermé dans sa tour d’ivoire, « vautré sur son divan », (Amos, 6) ne voit pas le mendiant qui meurt de faim devant son portail. Ce riche reconnait Abraham ; Moïse et les prophètes, il en sait quelque chose ! Connaissance stérile : elle ne l’aide pas à bien vivre ; il n’a pas intégré dans sa vie, ses gestes quotidiens, l’enseignement des prophètes !

Mais , au fait, ce « riche », il n’a pas de nom !…. C’est qui ? Ne serait-ce pas moi ? Le journal télévisé, chaque soir, dégorge de nouvelles catastrophiques : scandales financiers d’un côté, des millions de personnes sans emploi, sans ressource de l’autre… les médias écrits prennent le relai… Assez !…, pouvons-nous dire parfois, et nous passons à autre chose. M.. , qui squatte à la porte d’un garage, que l’apparence hirsute et malodorante rebute, croisé et recroisé plusieurs fois sans mot dire… Juste un mot, un sourire…, pas nécessairement la « pièce », et les deux univers se rencontrent : un peu de ciel bleu introduit dans les ténèbres de quelqu’un. Cest rien… mais c’est beaucoup.

Seigneur, nous vivons dans un monde complexe ; nous avons peine à en saisir tous les rouages… Chaque jour nos oreilles sont sollicitées par les gémissements d’un monde en souffrance ; nous sommes habitués à voir les grandes disparités dans nos milieux de vie.. Que la Lumière de ton Esprit nous rende clairvoyants, Que la Force de ton Esprit nous fasse sortir de notre confort douillet et nous rende agissants, avec d’autres, pour donner un peu de bonheur à ceux qui manquent du nécessaire.
Sœurs Marie-Thérèse Guého et Armandine Bagot