Au – revoir, Michèle ! Enregistrer au format PDF

Mercredi 19 décembre 2018
2 votes

« Viens, Esprit-Saint ; emplis le cœur de tes fidèles, allume en eux le feu de ton amour. »

Cette phrase d’introduction de l’avis d’obsèques de notre « amie-associée » Michèle, ainsi que le symbole de l’Esprit-Saint (que chaque associé aux Filles du Saint-Esprit reçoit lors de son engagement) posé près d’elle à la chambre funéraire, disent bien l’attachement profond et la foi que Michèle avait en l’Esprit-Saint.

Cet attachement remonte à son enfance. En effet, très tôt, elle a, par sa grande proximité avec sa « tante-Sœur », fréquenté les Filles du Saint-Esprit, vécu à leurs côtés, a été imprégnée de la spiritualité de la Congrégation, et l’a aimée.

Elle vit d’abord ce désir de « se mettre sous la conduite de l’Esprit-Saint », en famille, par une présence aimante aux siens, à son mari Rémy, à ses enfants et petits enfants, partageant au plus près, avec tendresse, les joies et les difficultés de chacun.

Pour elle, c’est aussi une réponse toute naturelle à son attente (et une grande joie !) que de devenir associée dans la Famille Filles du Saint-Esprit, le 10 octobre 2009, avec Rémy. Elle vivra cet engagement d’abord dans son équipe locale, puis comme membre du Bureau des associés où elle est appelée en 2012. Elle en deviendra la présidente en 2014.

Malgré son courage, ces dernières années, la maladie l’a empêchée de s’engager, autant qu’elle l’aurait voulu, dans cette mission. Mais jusqu’au bout de ses forces, elle est restée fidèle à ce service qui lui avait été confié : en ce mois de décembre encore, elle était à Paris pour une réunion de Bureau … et elle avait participé à l’engagement de cinq nouveaux associés, à l’Ile Blanche … fatiguée, mais heureuse d’être là.

Dans l’Espérance, les associés, de France-Belgique, mais aussi des autres « unités » qu’elle a rencontrés dans plusieurs réunions internationales, et toute la Famille Filles du Saint-Esprit, confient Michèle (ainsi que Rémy et sa famille dans cette douloureuse épreuve de la séparation), à la miséricorde et à l’amour de notre Dieu.