An dimezell Enregistrer au format PDF

Mercredi 6 mars 2019 — Dernier ajout vendredi 8 mars 2019
0 vote

Sœur Anne-Marie TROMEUR, des archives générales, nous transmet ce document et demande aux sœurs qui pourraient la renseigner sur l’identité de cette Naïg Pennkalet de contacter le service des Archives ou de mettre un commentaire sur le site. MERCI.

An dimezell Jeanne, an dimezell Louise, an dimezell Yvonne hag an dimezell Joséphine…. Je vous évoque aujourd’hui avec tendresse et admiration.

On vous rencontrait sur la place du bourg, on vous croisait dans les chemins creux de chez nous.

Vous étiez toutes semblables et nul ne s’étonnait de vous voir ainsi… petit chignon serré, sarrau noir sévère, chaussons et claques vernies, chapeau sans fantaisie et manteau strict.

Vous étiez toutes semblables. Vous viviez là toute une vie, animant nos petites écoles d’un dévouement inégalable, obscur et constant, présentes à la paroisse avec le même dévouement, infatigables. Car l’harmonium et les chanteuses c’était vous. Le catéchisme des enfants de la laïque c’était vous. C’était vous aussi la CROISADE, le rangement et l’entretien des tuniques et rubans bleus des croisés. Les réunions d’enfants de MARIE c’était vous encore et les tapis de Fête Dieu, les reposoirs et les pétales de fleurs pour les corbeilles des processions …

Mais aussi la cantine de midi, les récréations, le poële allumé avant la classe, les balayages du soir, les tables cirées qui sentaient la bougie (ça fait briller) la préparation de l’encre violette, le morceau de toile cirée sous l’encrier, le coquillage qui servait de couvercle et les patins pour les planchers qui reluisaient d’encaustique.

C’était encore vous cette belle écriture au tableau noir pour la date et la pensée, la bougie modeste devant la crèche de mousse, le bouquet du mois de Marie et l’offrande de la journée, la leçon de catéchisme le matin et la prière qui marquait les heures…

Le certificat aussi c’était vous, répétant, rabâchant, recommençant encore et encore jusqu’à ce que les têtes les plus dures aient retenu périmètres et surfaces, dates, fleuves, départements et réseaux de chemin de fer, famille de mots et accords compliqués des participes – et jusqu’à ce que les doigts les plus malhabiles aient réalisé ourlet, bride, boutonnière et alphabet au fil rouge – Qui dira des études des semaines précédant le grand jour : dictées, problèmes, couture, récitations et chants. Vous aviez la sévérité exigeante qui n’admettait ni faute ni hésitation, vous aviez aussi le sourire qui encourageait les craintifs et les timides.

Vous étiez toutes semblables, soucieuses d’éveiller au savoir, soucieuses plus encore d’éveiller à l’Evangile, solidement et pour la vie. Avec quelle ferveur et quel cœur vous nous incitiez à découvrir le mystère de Jésus et l’amour de Dieu, et à en vivre. La classe respirait au rythme de la liturgie. Tout naturellement, nous commencions l’année avec les Saints anges, nous entrions en Avent, nous suivions l’étoile avec les Rois, nous célébrions avec de petits cierges (mais sans crêpes) la chandeleur et nos générosités d’enfants marquaient le carême.

Vous étiez toutes semblables. D’une paroisse à l’autre, d’une école à l’autre, on vous retrouvait discrètes, humbles, courageuses, généreuses et tellement au service de tous et proches de tous.

An dimezell Jeanne, an dimezell Louise, an dimezell Yvonne, an dimezell Joséphine et « Moiselle Anna » … Quelle merveilleuse litanie ! Piliers de nos paroisses de Bretagne et de nos petites écoles, vous y passiez toute une vie. Qui saura jamais avec exactitude chanter ce que vous doivent tant de générations ! Et qui saura avec justice vous en donner récompense ?

Qui ? Un seul sans doute, à qui sans retour, vous avez donné votre jeunesse et votre cœur, votre être et votre vie. « Ce que tu as fait au plus petit d’entre les miens, c’est à moi que vous l’avez fait »

Benos Doue d’eoc’h Dimezelet Ha trugarez

Naïg Pennkaled F.S.E.

DERNIERE 1

DERNIERE