« A la lumière de nos sources spirituelles » (suite) Enregistrer au format PDF

Dimanche 12 octobre 2014 — Dernier ajout mercredi 22 octobre 2014
0 vote

Lors du week-end du Réseau 43+, des questions ont surgi du travail en ateliers. Il est toujours intéressant d’y retrouver des résonances avec l’Orientation d’année de la Province :’’Puisons et buvons à la source de l’Amour trinitaire’’

Ce n’est pas un simple conseil mais plutôt une attitude vitale pour chacune… afin de devenir ’’disciple missionnaire ’’ comme le propose le Pape François dans son exhortation apostolique. Nos questions rejoignent bien ce premier axe :

« Où en est le désir de chacune pour vivre ensemble ? Quels déplacements sommes-nous disposées à faire pour que chacune trouve sa place ? N’est-ce pas le ’’moment’’ de s’engager dans la dynamique de l’année de la vie consacrée pour faire connaître la vie religieuse apostolique et entrer dans une dynamique d’Évangélisation renouvelée ? »

De même, au niveau des ’’conversations’’ avec le monde et l’Église que nous sommes invitées à intensifier ou valoriser, nous retrouvons notre questionnement :

" N’avons-nous pas à regarder, écouter et sentir tous ces changements qui s’amorcent : Cherchons ensemble à nommer ces défis de la société aujourd’hui ! Qu’est-ce qui se cherche dans la Vie religieuse ? "

Quant à cette demande à l’Esprit de mettre en nos cœurs la grâce de la lucidité et de l’espérance, c’est bien pour nous aider à cheminer, discerner et accueillir les nécessaires évolutions liées à l’aujourd’hui de notre Province :

« Comment améliorer l’entraide entre les générations ? Quel avenir pour notre groupe ? Comment ouvrir la parole ? Sommes-nous partantes pour ouvrir un forum informatique ? »

Tout cela ne nous a pas empêché de formuler un réel désir de recevoir un jour un ’’document’’ avec des commentaires pour aujourd’hui de nos écrits spirituels. N’est-ce pas un ’’clin d’œil’’ du groupe 43+ au Conseil Général dont les membres sont de notre génération ! Merci à elles si, un jour, leur emploi du temps leur ’’permet’’ !