Les sept dons de l’Esprit (1re partie)

samedi 3 juin 2017
par  Sr Jeanne Signard
popularité : 15%
0 vote

JPEG - 14.6 ko
La Sagesse : Vient du latin sapere qui veut dire goûter, savourer. Goûter le moment présent comme un cadeau. Savourer toute parole bonne du Libre de Dieu ou d’une rencontre avec mes frères ou mes sœurs. Déguster un repas partagé. Goûter dans une prière, notre unité plus forte que nos divisions et ns querelles ridicules. Savourer ces moments où « il respire en notre bouche plus que nous-mêmes », où dans le silence, « il m’avise et je l’avise » (Curé d’Ars), ces moments où les paroles de ma bouche deviennent « murmures de mon cœur ». Savourer les temps de fête où, « pleins de vin doux » nous faisons droit à un brin de folie, nous souvenant que « celui qui vit sans folie n’est pas aussi sage qu’il croit ».

JPEG - 16.7 ko

L’intelligence : vient de lire, (in-legere). Ce don nous donne de lire à l’intérieur, au-delà des apparences, lire entre les lignes, deviner le non-dit dans ce qui est dit, apprivoiser les points de suspension pour qu’ils nous livrent leurs secrets. Cette intelligence n’est pas celle des savant, mais celle du cœur, celle des yeux qui s’ouvrent non seulement pour voir ou pour savoir, mais pour regarder avec bienveillance et comprendre ; celle des oreilles, qui non seulement écoutent la parole de Dieu et des hommes, mais devinent le sens caché des mots que nous échangeons ; celle des mains plus promptes à caresser qu’à saisir. Cette intelligence s’étend à toute chose, car « l’Esprit remplit l’univers.

JPEG - 12.8 ko

Le Conseil : Ce don fait de nous les uns pour les autres des personnes de bon conseil dans nos discernements personnels et communautaires. A manier avec humilité du côté de celui qui le donne « Si j’avais un conseil à te donner… » (formule de précaution) et aussi du côté de celui qui le reçoit en acceptant de prendre la position basse « les langues de feu se partageaient il s’en posa su chacun d’eux et ils se mirent à parler d’autres langues’. Quelqu’un est de on conseil s’il peut s’adresser à chacun « dans sa langue maternelle », c’est-à-dire comme être unique et particulier. Que personne parmi nous ne laisse s’éteindre la langue de feu qu’il a reçue à la Pentecôte pour éclairer et réchauffer le Corps entier.

JPEG - 15.1 ko

La Force : Souvent assimilé à dureté, résistance, violence et opposé à faiblesse, fragilité « Le jour de la Pentecôte un violent coup de vent remplit la maison où ils se tenaient ». Le vent est un élément extérieur, la maison nous protège de sa violence. Ici c’est à l’intérieur de la maison que, soudain se lève un vent violent. Cette force de l’Esprit est donc une force intérieure qui souffle les fenêtres, fait sauter les verrous, dissipe toutes les peurs et donne le « courage » (force du cœur) de sortir annoncer la bonne nouvelle à ceux qui sont là, à notre porte. Mai cette force de l’Esprit se donne aussi dans la faiblesse, fait sa demeure dans la fragilité. « Nul s’il ne naît d’eau et d’Esprit ne peut entrer dans le Royaume de Dieu »(Jn 3,5) . Rien au monde de plus souple et faible que l’eau, mais rien de la surpasse pour vaincre ce qui est fort et dur. Et rien de plus faible que la brise légère, le souffle fragile de l’Esprit. Chacun de nous, baptisé dans l’eau et l’Esprit, peut dire avec St Paul « Lorsque je suis faible, c’est alors que je suis fort » (I Cor, 12,10)

JPEG - 18.7 ko

(suite la prochaine fois)


Commentaires

Bouton Facebook Bouton Contact
image Jésus
image Noel
Facebook

Agenda

<<

2017

>>

<<

Décembre

>>

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
27282930123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031