Une belle journée ce retour aux sources

samedi 6 août 2016
par  Stéphanie HOARAU
popularité : 28%
0 vote

C’est avec un regard neuf que j’ai assisté à la sortie du 28 mai, organisée par les Sœurs de Saint Brieuc et ses communes environnantes.
Leur visée première consistait à transmettre aux employés un maximum d’informations, concernant l’histoire de la Congrégation et de tout ce qui découle de celle-ci.

Les Sœurs Louise et Anne-Marie ont donc fièrement initié leur présentation devant une église proche du Havre du Légué, lieu symbolique et pot de départ de l’histoire des filles du Saint Esprit.

En effet, Marie Balavoine plus tard nommée, Balavenne « figure de proue » des Filles du Saint Esprit, y est née un jour de 1666. Alors âgée de 26 ans, elle épousa en 1692, Guillaume Despons, veuf et père de six enfants. Cinq années s’écoulèrent et leur famille dû faire face au décès du père. Bouleversement brutal et malheureux qui arma de courage la jeune Marie pour élever ses progénitures.

Les enfants sont éduqués, ils ont grandi, la quarantaine amorcée, Marie nourrie par la foi et la générosité, s’engagea communément avec Renée Burel, à se consacrer au Christ et aux indigents. Cette union faite par la même cause, fit émerger la « maison de charité   ».

La pierre angulaire des Filles du Saint esprit était constituée. Il ne manquait plus que la venue de Charlotte Corbel et Mauricette Majol en 1712, ainsi que Jean Leuduger qui fit bénéficier d’une maison plus spacieuse. Tout ceci dans le souci d’accueillir pléthore d’enfants sous nutris et dénués de soin, issus de la rue et une première personne âgée qui nécessitait une aide extérieure.

Les enjeux se concrétisèrent au fil du temps et la maison de charité   avait pris forme. Le quotidien des filles blanches puisque vêtues de blanc devenues par la suite, Filles du Saint Esprit s’articulait autour du don à autrui, prodiguer des soins, faire preuve de charité et d’humanité dans un « vivre ensemble » au nom du Christ et de l’Amour des hommes.*

Curieusement, cette aventure humaine s’est concrétisée presque inopinément, il s’agissait simplement d’œuvrer humainement dans l’urgence.

La ténacité et le dévouement de chacune des personnes ont vraisemblablement assuré la pérennité et la légitimité des Filles du Saint Esprit, au cours des siècles et de véhiculer les valeurs instaurées par Marie Balavenne fondatrice des Filles du Saint Esprit, en France et au-delà de nos frontières.

Pour conclure, je soulignerais que j’ai passé une belle et chaleureuse journée. Emue et intéressée par l’histoire de Marie Balavenne racontée par Louise et Anne-Marie, nanties par la fierté d’une telle histoire.


Commentaires

Bouton Facebook Bouton Contact
image Jésus
Facebook

Agenda

<<

2017

 

<<

Octobre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois