Sorti de Jéricho

dimanche 25 octobre 2015
par  Sr Amandine Bagot
popularité : 25%
0 vote

Jésus est en route vers Jérusalem… sa dernière montée selon l’évangéliste Marc. Il passe par Jéricho… Jéricho : la ville la plus basse du monde, disent les spécialistes (environ - 400 au-dessous du niveau de la mer) ; une des villes les plus anciennes peut-être selon les traces laissées par les civilisations antiques…
Jéricho ; « ville des palmiers », mais aussi « ville de la lune » où régnait l’idolâtrie… quoi d’étonnant que certains en ait fait le symbole du monde plongé dans le péché ! . Jésus a choisi d’ y passer, mais il entraîne à sa suite, avec ses disciples, « une foule considérable ». C’est à la sortie de cette ville qu’il rejoint Bartimée, « fils de la gloire ». Cet aveugle, mendiant, assis sur le bord de la route, est destiné à la gloire !

Bartimée,
assis… aveugle, mais en attitude d’écoute, comme en attente profonde de quelqu’un qui l’aidera à sortir de sa détresse… et qui reconnait, sans le voir, « Jésus, .fils de David », le Sauveur..
Dès lors, aucun obstacle n’arrêtera son désir ni sa prière qui se fait plus intense : « Jésus, fils de David, prends pitié de moi ! ». Le cri du croyant qui surprend Jésus dans sa marche et l’oblige à s’arrêter ! Et par quel miracle arrive-t-il jusqu’à Jésus, ayant « jeté son manteau », laissé en arrière des habitudes passées, abandonné toutes ses attaches matérielles pour se retrouver, debout, face à Jésus qui lui donne de voir la lumière !… A tel point que le voilà devenu disciple : « il suivit Jésus sur le chemin » !
Celui qui vivait dans les ténèbres a , grâce à Jésus, trouvé son identité : il est devenu « fils de lumière », « fils de gloire » !

Le chemin de Bartimée, n’est-ce pas celui que parcourent les nombreux catéchumènes touchés par un appel, la rencontre d’un disciple du Christ…. N’est-ce pas le passage de l’aveuglement à la lumière, toujours à refaire par le baptisé en désir d’une vie de disciple, en montée vers Jérusalem, lieu ultime de transformation dans la gloire….

Aujourd’hui, tels Bartimée assis sur le bord du chemin, des milliers d’hommes, de femmes et d’enfants en profonde détresse sont assis aux frontières…, ou tournent en rond dans des campements de misère. Ils ont « jeté leur manteau » en quittant un pays qui leur est cher, maison, biens, métier ou parenté… Ils ont couru vers un horizon à leurs yeux plus lumineux… Ils attendent, tantôt dans une certaine confiance, parfois dans la désespérance, un accueil digne de l’humanité. Certes, des cœurs, des bras, des maisons s’ouvrent… des sauveurs se manifestent.

Puisse l’ Esprit-Saint éclairer ceux et celles qui ont à prendre sur le plan international les décisions qui contribueront au salut de ces populations déchirées !


PS :


Commentaires