Le temps d’une vie

vendredi 9 janvier 2015
par  Sr Jeanne Signard
popularité : 29%
0 vote

Une année nouvelle s’offre à nous, comme un cadeau sur le chemin de la vie ! Un an de plus…un an de moins. « Comme le temps passe » ! Mais le temps ne passe pas, c’est nous qui passons. C’est nous qui découpons le temps en années, en mois, en jours, en minutes. C’est ainsi que nous prenons la mesure de nos années : « 70, 80 pour les plus vigoureux », comme le dit le psaume 89.

Le temps nous emporte comme une rivière. Elle nous prend à sa source, nous berçant de sa voix câline, nous murmurant des chansons douces, nous abreuvant de rêves impossibles.

Pour les tout-petits le temps est un éternel présent.
A l’enfant, la rivière du temps offre ses rives enchantées et pour ses jeux, de merveilleux clapotis. Avec elle nous traversons des paysages enchantés, nous découvrons des « coins » secrets qui resteront dans notre mémoire comme des refuges pour les mauvais jours.

Adolescents, voici que la rivière du temps nous entraine dans des bouillonnements et des tourbillons enivrants que nous croyons éternels et qui nous laissent assoiffés d’une eau plus pure, plus calme, d’où naîtra l’appel à une vie donnée.

Devenus adultes, les eaux du temps se font torrents qui nous emportent malgré nous vers des profondeurs inconnues. Comment garder la tête hors de l’eau, ne pas se noyer dans le flot des « comment » et des « pourquoi » dont les réponses ne nous satisfont jamais ? Comment garder la tête haute face à l’humiliation et l’échec ? Comment garder la tête froide et raison garder quand des esprits chagrins nous prédisent le pire des naufrages ?

Avec l’âge, le temps se fait court et pourtant, nous ne savons plus parfois que faire du peu de temps qui nous reste. Nous regardons notre rivière couler en méandres interminables, en détours sinueux et nous trouvons le temps long. Plus question de perdre son temps : il nous en reste si peu ! Plus question de le gagner : pour qui ? pour quoi ?, ou de le gérer : le compte est vite fait ; ou encore de l’organiser : l’imprévisible nous guette à chaque pas. Surtout résister à la tentation de tuer le temps si nous ne voulons pas que ce soit lui qui nous tue !
Il nous faut savoir « Prendre son temps », se laisser porter par les eaux tranquilles de notre rivière. Prendre le temps de contempler dans leurs mystères, des visages familiers ou inconnus, de laisser retentir au fond de notre cœur, l’écho des voix qui nous ont confié leurs tristesses, leur joies leurs colères ou leurs peurs.

A la fin du voyage, insouciants du passé et de l’avenir, comme l’enfant, nous épouserons le temps présent. Nous embrassant de ses larges bras, la rivière du temps nous déposera tout doucement dans un océan de paix.

Bonne année ! Confions-nous à la rivière du temps qui passe !


Commentaires

Bouton Facebook Bouton Contact
image Jésus
Facebook

Agenda

<<

2017

 

<<

Novembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123