Agir pour « le refus de la misère »

dimanche 26 octobre 2014
par  Communauté de Pontanézen (Brest)
popularité : 45%
0 vote

Chacun sait que depuis lors, dans toutes les grandes villes du monde, de Landerneau (c’est sûr) à New York je suppose, on se bouge pour marquer un pas

Dans notre ville, à Brest, un Collectif fédéré par ATD - et c’est une grande nouveauté, –- [collectif où prennent place Amnesty international, l’ABAAFE, (alphabétisation) l’AFEV (étudiants), le CCFD, Emmaüs, Entraide et Amitié, la Halte Accueil Frédéric Ozanam, la Ligue des Droits de l’Homme, Peuples solidaires, avec le soutien du Secours catholique et du Secours populaire], ce collectif rend visible sa lutte contre la misère par une marche vers la Mairie centrale en brandissant les « idées fausses » sur les pauvres et la pauvreté qui agitent les esprits. Sous la pluie, 120 personnes défilent en longeant les rails du tram.
Ces idées fausses ont déjà fait l’objet de discussions dans la rue… Ces « idées fausses » sont démenties par les courts témoignages écrits, distribués en 3 points rencontres dans la ville dans l’après midi. En voici de courts extraits  :

« Je suis à la rue. Je viens tous les week-ends à la Halte pour laver mon linge et prendre une douche pour rester propre… j’essaie de me battre pour avoir un toit et chercher du travail au lieu de faire la manche » (Dominique)

« Après un temps de galère, j’ai passé 9 ans à Emmaüs. J’y ai travaillé et pris des responsabilités. J’avais le projet de travailler dans la restauration collective. J’ai réussi à entrer dans une entreprise qui livre des repas aux particuliers. J’ai obtenu un CDI et je suis apprécié dans mon travail » (Joël)

« Je suis originaire du Sénégal et je suis depuis 2 ans à Brest… Ma formation, c’est technicien chauffagiste, mais je suis prêt à n’importe travail pour faire vivre ma famille et ne plus dépendre des aides des associations pour pouvoir manger. » (Samba)

« La misère, c’est la lutte quotidienne, c’est les colis alimentaires, les vêtements usagés, et parfois la mendicité. J’ai envie de me battre, mais je ne sais pas comment lutter. J’aimerais dire aux personnes sans difficultés que la misère existe tout près d’eux, et qu’un petit geste de leur part, un mot, peut redonner du courage et de l’espoir » (Emilie)

A la mairie de Brest, en cette soirée du 17 octobre 2014, nous avons reçu en plein cœur d’autres témoignages émouvants. Ils étaient ponctués de chants que faisaient résonner 3 chorales réunies en ce jour, celles de Pontanézen, d’ATD et du CCAS.

Après les encouragements de l’Adjointe au Maire déléguée aux Affaires sociales, chacun, chacune va retrouver, de diverses façons, le quotidien de la lutte pour plus de justice et de dignité.


Commentaires

Bouton Facebook Bouton Contact
image Jésus
Facebook

Agenda

<<

2017

 

<<

Novembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois