Ecouter :« un cadeau à offrir »

mercredi 8 octobre 2014
par  Sr Amandine Bagot
popularité : 45%
0 vote

« Intensifier les conversations avec l’autre, en famille, avec le monde » : vaste programme !… Est-ce possible sans écoute réciproque, sans cet « entre-nous » où peut s’entrevoir ou « se donner l’insaisissable » ?

info document -  voir en grand cette image

Ecouter ; une manière d’être très exigeante, un art difficile !… Maurice Bellet(1) dessine quelques portraits qui portent la marque de certaines malfaçons. d’après lui,

Il y a celui, celle qui, en écoutant, attend la faille, la faiblesse, le mot malencontreux… et qui « se jette » sur l’interlocuteur, le fait chuter ou le démasque….

Il y a celui, celle qui, tout en écoutant, compare avec ce qu’il sait… Ce faisant, il approuve en lui-même le dire de l’autre… ou le rejette…

Il y a celui, celle qui écoute avec une vive attention et désir d’entendre… mais qui a tellement hâte d’objecter et d’argumenter… non pas par quelque motif malicieux, mais tout simplement parce que discuter est un véritable bonheur....

Il y a celui, celle qui écoute avec beaucoup de bienveillance avec le désir d’être tout oreille à celui qui parle… mais qui ne peut penser que celui-ci lui est égal et semblable…

Il y a celui qui brûle de dire ce qui l’habite, de communiquer son savoir, ses joies, ses ennuis, un chemin de vie nouveau… Ecoute impatiente de celui qui attend fébrilement le moment de placer son mot… ou qui est prêt à interrompre celui qui parle…

info document -  voir en grand cette image

Il y a celui qui écoute … dans l’absence. Il est courtois, certes, attentif, prêt à opiner, mais lointain… retiré dans son l’imaginaire d’une œuvre à réaliser, dans le souvenir d’une lecture ou d’une rencontre…
Il y a bien d’autres malfaçons de l’écoute !… A chacun, chacune d’identifier les siennes avec lucidité !

Dans la conversation heureuse, faite de paroles et d’écoute, pas de contrainte dans le dire, mais une parole libre….
pas d’exclus de la parole….
pas de parole parfaite : il y a place pour le mot qui s’essaie, trébuche, et qui est accueilli… : la pensée n’est-elle pas continument en chemin ? L’interdit absolu, c’est le mépris, écrit Maurice Bellet.

Dans la conversation heureuse, on « entend la parole d’autrui en ce qu’il dit et non en ce que nous croyons qu’elle dit »

Dans la conversation heureuse, « chacun a le droit de réserve, de taire ce qu’il juge bon de garder dans le silence »… Pas d’inquisition... même sous prétexte du bien, ou « sous forme doucereuse de l’intérêt porté à autrui »

La conversation heureuse, celle où l’autre s’entend quand il parle… et où je m’entends quand j’’écoute : j’entends en moi la résonance de la parole de l’autre...

Nous avons tous fait l’expérience « du désir plus ou moins caché […] de pouvoir se dire sans être jugé, récupéré, ni rassuré, ni rejeté, ni étiqueté. Simplement être entendu pour mieux s’entendre soi-même », comme l’écrit Jacques Salomé (2)
Ainsi,«  l’écoute est un beau cadeau à offrir, à demander, à recevoir »


PS :

(1) « DIRE » de Maurice Bellet ; chez Desclée de Brouwwer.
(2) « Si je m’écoutais, je m’entendrais » de Jacques Salomé et Sylvie Galland . Les Editions de l’Homme.


Commentaires

Ecouter :« un cadeau à offrir »
vendredi 17 octobre 2014 à 17h21 - par  Marie-France Cavaloc

Bonne idée de partager cela Armandine. Cela donne à réfléchir, à améliorer son comportement. Tout un art qui demande respect, proximité et distance… nos conversations ?

Bouton Facebook Bouton Contact
image Jésus
Facebook

Agenda

<<

2017

 

<<

Novembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois