Aller jusqu’à donner Dieu

jeudi 16 mai 2013
par  P. Roger Hébert
popularité : 45%
0 vote

Pour rendre compte de ce que nous avons vécu à Lourdes pour le rassemblement Diaconia, je reprendrai volontiers deux paroles que la liturgie nous donnait à méditer dimanche à notre retour.
Dans la 1° lecture, Etienne, avant son martyre, disait : « Voici que je contemple les cieux ouverts : le Fils de l’homme est debout à la droite de Dieu. » Ac 7,56. A Lourdes, nous avons vu les cieux ouverts !

Je l’ai d’ailleurs partagé avec les acteurs du spectacle : « Je veux des mais, de la tendresse et des étoiles. » Avec Jacques, nous sommes allés à ce spectacle donné par des personnes fragiles d’Alsace.
C’était merveilleux de voir ces personnes « cabossées » décider de changer le monde pour quitter le noir de leur vie. C’était plein d’humour et de tendresse. A la fin du spectacle, en repartant, je leur ai dit : « j’ai eu l’impression que le ciel était descendu sur terre ! » Autre manière de reprendre la parole prononcée par Etienne dans le livre des Actes.
Oui, tout au long de ces jours, les cieux étaient ouverts et même encore mieux, le ciel était sur la terre. La manière de vivre au ciel, avec Dieu, était devenue la manière de vivre sur terre.
Les petits, les fragiles avaient la 1° place et ils enseignaient même les grands et les « bien installés dans la vie » ou ceux que l’on regarde comme tels !
« Que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel » demandons-nous en priant le Notre Père, à Lourdes durant ces jours de Diaconia, notre prière a été exaucée, la terre s’était mise au diapason du ciel, j’avoue que cela m’a souvent ému jusqu’aux larmes. Reste maintenant à faire en sorte que ça devienne vrai chez nous et tout le temps !

La 2° parole, je la prends dans l’Évangile, elle est tirée de la grande prière de Jésus en Jn 17 : « Que tous, ils soient un, comme toi, Père, tu es en moi, et moi en toi. Qu’ils soient un en nous, eux aussi, pour que le monde croie que tu m’as envoyé. »

Quel témoignage étonnant d’unité nous avons donné. Servir la fraternité, telle était l’ambition du rassemblement, eh bien, mission accomplie !
Oui, nous avons été unis comme des frères. Pourtant, quand on regardait bien, on ne voyait que des différences et elles sautaient aux yeux ces différences entre des gens marqués jusque dans leur corps par la précarité, la fragilité qu’ils vivent et d’autres qui ont une vie moins compliquée. Mais au-delà de ces différences, nous vivions une grande unité, une grande fraternité. Comment est-ce possible ?
Il nous est sûrement bon de nous redire qu’il n’y a pas de fraternité possible sans paternité. Pour qu’il y ait des frères qui se reconnaissent comme tels et qui veulent vivre comme tels, il faut un même père.
Diaconia nous a plongés au cœur de la Foi. J’aime cette parole de Benoit XVI qui disait aux jeunes dans son message pour les 28° JMJ : «  Qui ne donne pas Dieu, donne trop peu. »

Oui, nous avons beaucoup partagé au cours de ces jours et notre partage a été vrai puisqu’il nous a conduits à nous donner mutuellement Dieu. J’ai été bouleversé par le témoignage de foi des personnes en grande fragilité. Pour elles, la foi n’est pas la cerise sur le gâteau dont on pourrait très bien se passer. C’est une question de vie ou de mort, c’est la foi qui les garde du côté de la vie.
En nous donnant Dieu, elles nous ont montré où « s’originait » la fraternité que nous vivions avec tant de bonheur.
J’espère qu’à notre tour, nous n’avons pas donné trop peu, que nous sommes allés jusqu’à leur donner Dieu.
Jésus disait que seul le témoignage d’unité conduirait le monde à la foi, quel beau témoignage nous avons donné … que l’Esprit de Pentecôte lui fasse porter tout son fruit.
Père Roger Hébert
Vicaire Général du diocèse de Belley-Ars
Aumônier au Centre Pénitentiaire de Bourg en Bresse

Commentaires

Bouton Facebook Bouton Contact
image Jésus
image Noel
Facebook

Agenda

<<

2017

>>

<<

Décembre

>>

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
27282930123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031