Qui est Dieu pour moi ?

samedi 19 janvier 2013
par  Une participante de l’École diocésaine des Catéchètes
popularité : 20%
0 vote

Une participante du parcours de formation à l’Ecole Diocésaine des Catéchètes du diocèse de St Brieuc et Tréguier, nous partage le fruit de son travail.

Personnellement comment je dirais ma foi au Christ…


Il est toujours difficile de parler de son expérience de foi, c’est limite très impudique… Et pourtant, je vais tenter de le faire car je crois qu’il est de ma responsabilité, non pas de donner une réponse mais de dire ce qui fait sens pour moi afin d’aider peut-être ceux que je peux rencontrer dans ma mission et qui se posent des questions. J’ai reçu un cadeau (bien encombrant parfois !!) et j’ai à cœur de le transmettre (mais non, pas pour m’en débarrasser … !) mais parce que ce don est exigence mais aussi amour, liberté et joie…

« Nul ne vient au Père que par moi » Jn 14,7

Dire sa foi, c’est CROIRE. Et croire, c’est faire confiance, accepter de se laisser guider par ce qui nous semble bien pour nous, c’est placer sa confiance en ce Jésus qui nous aime tous d’un amour infini, et à travers lui faire confiance à son Père. Avoir la foi, c’est entretenir une relation avec Dieu par l’Esprit du Christ. C’est accepter qu’il est le fondement même de mon existence, qu’il donne sens à ma vie. C’est croire que Dieu m’aime, que Dieu me parle. C’est affirmer, parfois à l’encontre des événements, que tout homme est capable d’aimer et que la vie est plus forte que la mort (pas toujours simple dans un monde où le malheur et les mauvaises nouvelles sont quotidiens, racoleurs et vendeurs).

« La Parole est près de toi… » Rm 10
« Ignorer les Ecritures, c’est ignorer le Christ ». St Jérôme

GIF - 11.9 ko
La Bible est le lieu fiable de la rencontre avec Dieu. Elle est Parole de Dieu, enfin pas dans l’absolu puisqu’elle a été écrite par des hommes. Dieu a donc pris le risque « d’entrer dans les fragilités humaines et même dans la trahison des paroles humaines » (Elisabeth Parmentier, théologienne protestante). Dieu s’est dévoilé en Jésus. Ce qui implique pour moi un chemin qui n’en finit pas de dévoiler Jésus. Et comme dans la chanson de Gabin ou plutôt comme disait Socrate, « je sais que je ne sais rien » et que mon cheminement est perpétuel avec quelquefois des retours en arrière, des cailloux sur la route ou des ravins à franchir ! (Enfin, il arrive quelquefois que le chemin ressemble à l’autoroute du soleil !…)
La Révélation de Dieu s’achève dans le dévoilement qui a lieu en Jésus mais que nous n’aurons sans doute jamais fini d’expliciter.

« Viens et suis-moi… »

J’ai choisi (choisi, oui, car croire ce n’est pas pour moi simplement de l’ordre de l’expérience, du ressenti ou du sentiment mais bien également de l’ordre de la décision tout en en négligeant pas ces éléments) d’adhérer au Christ, de marcher à sa suite… Oh, pas brutalement, pas comme un coup de foudre…mais petit à petit, sans bien m’en rendre compte…ni dans les éclairs ou le tumulte mais plutôt dans une brise légère…L’action de l’Esprit Saint sans doute…Grâce à des témoignages… Finalement, tout commence toujours par une Parole, par un dialogue, en l’occurrence avec le Christ. GIF - 17 ko
J’ai choisi de dire OUI, de m’abandonner à Dieu (pas facile… Ne vit-on pas dans un monde où sans cesse, il nous est répété de nous méfier …). J’ai choisi la Vérité, comme elle vient à moi.

« Je suis le chemin, la vérité et la vie » Jn 14,6

Je crois à la Vérité, je la cherche comme un enfant qui questionne et c’est dans Jésus que je découvre cette vérité. Vérité à croire et à vivre. Dieu se révèle, il ne dit pas seulement le vrai, il EST vérité. Il m’invite à devenir vraie et me permet d’espérer aimer comme le Christ. Enfin, pour cela, la route est encore longue !! C’est d’ailleurs terriblement exigeant et parfois franchement, je me dis que ce serait nettement plus confortable de ne pas croire !! Car Paul nous invite à aimer à la manière du Christ et là encore la barre est haute ! Mais aimer à la manière du Christ, c’est quoi finalement ?
Ce que je sais de Dieu vient de Jésus. Et j’aime cet homme qui mange avec les exclus, guérit les malades, pique des colères contre les marchands du Temple, enfreint les lois rigides du sabbat, passe du temps avec ses amis, pleure quand Lazare est mort ou a peur avant de mourir…Il ne vient pas abolir la loi, il ne veut pas provoquer mais accomplir la Loi d’amour, celle qui remet l’homme au centre. Il AIME, au point de donner sa vie pour nous tous, que nous soyons bons ou mauvais. Il va jusqu’au bout de ce qu’il croit, il se donne totalement pour nous sauver. Et pour moi, suivre le Christ, c’est aussi « porter sa croix », par exemple dans ma difficulté à l’annoncer ou face aux moqueries de certains…Mais aussi, beaucoup plus simplement ouvrir, accueillir, écouter, accompagner…
En tout cas, nous voilà bien loin du Dieu tout puissant qui peut tout, d’un Dieu punisseur ou vengeur dont mes grands-parents craignaient le courroux ! Non, nous avons affaire à un Dieu fragile, humain qui s’abandonne et meurt. Un Dieu avec nous, avec moi. Un Dieu qui souffre avec celui qui souffre…

Mais, et c’est le cœur même de notre foi, il y a eu le matin de Pâques où Jésus est ressuscité. JPEG - 32 ko La Parole a résisté, la mort n’a pas eu le dernier mot ! A travers la résurrection de Jésus, c’est Dieu qui s’est vraiment manifesté faisant totalement éclater le domaine de l’histoire. C’est à la lumière de la résurrection que tout l’enseignement de Jésus a pris sens par la suite. Voilà de quoi se réjouir ! Bonne Nouvelle : « Ressuscité des morts, Christ ne meurt plus » Rm6, 9 ! Jésus nous fait entrer dans la vie éternelle avec lui comme les sacrements nous font participer au mystère Pascal du passage de la mort à la vie. Le Christ lui-même étant le sacrement source, le sacrement de Dieu : le signe visible de l’amour de Dieu pour nous, pour l’humanité.

Alors, disons halte au pessimisme ambiant dont nous abreuvent les médias et autres…A nous de discerner les « résurrections » autour de nous… Ayons le goût de vivre, aimons, servons, écoutons, pardonnons…Je vois cet idéal là dans les béatitudes, loin d’une invitation à la médiocrité !

D’ailleurs, attention à ne pas voir en lui non plus un Dieu « permissif » ou gâteau-gâteux, peu importe ce que nous ferons… (Ce serait confortable !…Peut-être même que nos églises seraient remplies… !) Non ! Je crois en un Dieu tout puissant d’Amour qui m’invite expressément à aimer mieux, mon mari, mes enfants, ma famille, mes amis et tous ceux que je peux rencontrer car à travers eux c’est Lui que je rencontre. Dieu est Amour et l’amour entre nous en est une « image et ressemblance ». Et la manière dont nous vivons notre humanité révèle notre image de Dieu.
JPEG - 17.6 ko L’amour est relation, échange, conversation. D’ailleurs, Jean nous dit qu’au commencement, il y a la Parole qui informe, donne forme, circule…Donc, le Père ne préexiste pas au Fils qui est de toujours… : « Au commencement était le Verbe, et le Verbe était avec Dieu et le Verbe était Dieu » Jn 1, 1

Au commencement… La Bible ne nous explique pas le comment des choses mais le pourquoi. Foi et science ne sont pas incompatibles. Je crois en Dieu créateur : hier, aujourd’hui et toujours. La création est toujours en mouvement. Dieu ne me fabrique pas à la manière d’un artisan, il m’engendre. Il ne fabrique pas ma liberté (sinon où serait-elle ??) car si Dieu est Amour, il nous veut libres. C’est d’ailleurs ce qui nous est révélé en premier dans la Bible avec le récit de l’Exode. Dieu sauve son peuple de l’esclavage, il le rend libre. Je suis libre. Nous ne sommes pas des objets entre les mains du créateur. Le propre d’aimer, n’est-ce pas d’abord de laisser libre ? Cependant la liberté implique des choix, pas toujours aisés…mais tellement plus passionnants que de rester sur un rond-point sans prendre de direction !

Avoir foi au Christ ne s’explique pas réellement…
Comme toute relation d’amour, elle est plutôt de l’ordre du vécu. Elle ne relève ni de l’explication scientifique, ni de la philosophie mais elle donne du sens à mon existence.
Je conclurai en citant Thierry Bizot (producteur de télévision) par une phrase qui me touche : « Jésus m’a remis à ma place d’homme (de femme) et il a mis Dieu en moi. Je suis plus « divin » (je n’oserai pas DIVINE !!!) que je ne l’étais. »


Commentaires

Bouton Facebook Bouton Contact
image Jésus
Facebook

Agenda

<<

2018

 

<<

Avril

>>

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2627282930311
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30123456