Mardi 18 octobre 2011

Utile dans la société, avec ou sans travail Enregistrer au format PDF

0 vote

Donner la parole à ceux et celles qui en sont habituellement privé .

17 Octobre : déclaré « Journée mondiale du refus de la misère » par l’ONU depuis 1987.

Donner un sens à sa vie

Cette année, à Quimper, à l’initiative d’ATD Quart Monde, un collectif d’associations (Secours Catholique, Secours Populaire, Horizons Nouveaux, Chrétiens-Sida, Chrétiens en Solidarité, et CICODES) a retenu comme thème : Comment je me sens utile à la société, avec ou sans travail.

Ce collectif, autour d’ATD Quart Monde, en souligne l’importance :« on peut donner un sens à sa vie, même si l’on est privé de travail » . Et il a saisi l’occasion de cette Journée du refus de la misère pour :
- donner la parole à celles et ceux qui en sont souvent privé ;
- promouvoir et bâtir des relations d’égalité ;
- penser des réponses à l’exclusion .

Mobilisation et conscientisation Après une marche solidaire,environ 200 personnes se sont rassemblées sur la place Saint Corentin, pour :
- Ecouter Francis, chauffeur-livreur dans une entreprise d’insertion (une blanchisserie), qui dit :« Avant, je galérais avec le RSA. Avec mon travail dans l’entreprise, je ne me sens plus isolé ; et aussi, j’ai appris à me lever à l’heure, le matin  ».

- Applaudir cette saynète (jouée par des femmes du Secours Catholique) qui témoigne que mille et un gestes de solidarité peuvent aider à tenir debout.

- Assister à la projection d’un film (tourné dans un quartier populaire de Douarnenez) pour constater, une fois de plus, que des femmes et des hommes sont capables de devenir acteurs de leur vie, pour une société plus solidaire.

Cette journée, riche, conviviale, a permis aux différentes associations de travailler en réseaux, de montrer leur solidarité, de « faire alliance », comme le souhaitait le Père Wresinski . Et, héritières de Marie Balavenne, représentantes des trois branches de la Famille FSE, nous étions là, en ce 17 Octobre, et y avions toute notre place.