Dimanche 8 juillet 2018

Retraités sur des chemins d’espérance (suite)

0 vote

C’est bien à Lourdes que notre espérance s’est renouvelée… lors du Congrès national du mouvement des Chrétiens retraités des 19 au 21 juin derniers.

Venus de tous les points de l’Hexagone et même d’ailleurs, (car la Suisse, la Belgique et les Dom Tom étaient aussi représentés) nous nous sommes retrouvés à 4000 participants dans l’Eglise Ste Bernadette… Impressionnant de voir cette foule arriver à Ste Bernadette, la majorité bien alerte, mais aussi qui, secourus par un bras ami, qui appuyés sur sa canne, qui en fauteuil roulant …

2

3

5

Combien de Filles du Saint-Esprit étions-nous ? Nous nous sommes retrouvées à quatre, mais nous étions peut-être davantage : quid de l’Ile de France ? du Centre ? Nous sommes là, dans la foule qui franchit le Gave, nous sommes dans un coin de cette immense basilique Ste Bernadette, oreille attentive aux informations reçues, aux témoignages parfois bouleversants.

4

Ste Bernadette, c’était notre lieu ! Pendant 3 jours, Ste Bernadette fut le temple de la réflexion sur quatre grands défis de notre temps, le temple où résonnaient les voix harmonieuses de Patrick Richard et Laurent Gribowsky accompagnées de leur guitare, le temple du témoignage du dynamisme profond d’équipes et de diocèses où l’inventivité est de mise, le temple de la prière pour le monde….

1

8

10

Car ce Congrès s’adressait aux « retraités actifs de l’espérance » dans un monde en grande évolution. Il nous fallait – et on les a eus – des intervenants de qualité pour nous aider à mieux comprendre les défis d’aujourd’hui, soucieux de participer à la construction du monde de demain dans l’esprit de l’Evangile. Cela correspond à une des orientations du Mouvement votée en 2014 : « Témoigner et prendre position sur des faits de société »

Parmi les grands défis de notre temps qui sont à relever, l’équipe nationale en avait retenu 4 . Tous ont une consonance spirituelle :

Le vivre-ensemble (il a de nombreuses facettes, mais il fut traité par l’approche inter-religieuse avec la participation d’un rabbin, d’un imam et d’un prêtre, et des membres du groupe « coexister » qui se fait de plus en plus connaître),

La famille (les familles d’aujourd’hui, à évolution rapide, qui peuvent poser question à notre génération dont la valeur est la stabilité),

La santé (nous avons été encouragés à bien vieillir),

L’écologie (vaste chantier !).

7

13

Comme tout se tient, rien d’étonnant que l’encyclique « Laudato si » ait servi de fil rouge à notre Congrès. Près de 1000 questions posées soit par écrit, soit par SMS, témoignent du grand intérêt des participants

9

Nous sommes repartis regonflés : d’une part, Lourdes reste un lieu sacré, un lieu qui appelle au dépassement et qui invite à la prière… d’autre part, malgré toutes les menaces qui pèsent sur le monde, nous sommes un peu plus convaincus que nous pouvons changer quelque chose si nous commençons par nous changer nous-même : notre regard sur les autres, notre rapport à nous- même et à l’environnement. C’est vrai face au difficile « vivre ensemble » sociétal, c’est vrai par rapport à la planète… Pas question donc, pour les retraités chrétiens, de baisser les bras ! Au cours d’une belle célébration festive, Mgr Boulanger nous a bien invités à rester bien ancrés, bien vivants sur notre terre à transformer (« Il n’y a que les feuilles mortes qui volent ») sûrs que nous sommes devancés par Celui qui aime le monde et qui a redonné espérance aux disciples désemparés.

11