Lundi 16 janvier 2012

Relecture de Vie à l’Arche

0 vote

Vivre en groupe de fraternité des temps de relecture de vie.

Je suis religieuse, de la congrégation des FSE et j’ai été envoyée en mission à Pleuven, avec deux autres sœurs, au Caillou Blanc de l’Arche de Jean Vanier : communauté accueillant des personnes handicapées mentales.

Jean Vanier
Jean Vanier

A ce titre, je fais partie de la commission consultative composée des éducateurs engagés depuis au moins 2 ans.
Une demande, émanant d’un membre du groupe est venue : proposition de former des groupes de fraternité pour partager en profondeur ce qui est vécu au jour le jour et ainsi, s’entraider à le vivre.
L’idée a été soumise au Conseil d’administration qui a donné entièrement son accord. Les groupes se sont formés : 6 ou 7 personnes par groupe, et la proposition m’a été faite d’y participer.
Nous nous retrouvons donc 2 fois par trimestre, le soir, tantôt chez l’un, tantôt chez l’autre. Nous mangeons ensemble, chacun apportant une partie du repas. Nous continuons par le partage de quelque chose que chacun a vécu depuis la dernière fois, en peine, en souci, en joie, accompagné d’une parole de foi qui a éclairée la situation : un peu une relecture de vie.
Le but n’est pas de donner à l’autre une solution à son problème, car l’autre n’est pas moi et chacun vit sa vie avec ce qu’il est, avec ses richesses et avec ses faiblesses.
J’apprécie la confiance et la simplicité avec lesquelles chacun s’exprime. Ensuite, la relation en devient toute autre.

Au Caillou Blanc
Au Caillou Blanc

Nous terminons la soirée en se tenant la main pour dire ensemble le « Notre Père » qui prend tout son sens dans cette fraternité vécue au quotidien avec des personnes en situation de dépendance et de handicap, mais qui ont un cœur grand et ouvert à toute amitié.
C’est peut-être cela une partie du centuple promis. Cette expérience est ensuite, en toute discrétion, partagée en communauté.

Une communauté ancrée sur la pointe sud du Finistère et ouverte au monde.

En 1983, 9 personnes ayant un handicap mental et des assistants s’installaient ensemble dans l’ancienne école Saint Joseph du village typiquement breton de Clohars-Fouesnant, à quelques kilomètres de Quimper, en pays fouesnantais. Très rapidement, l’atelier menuiserie voit le jour, contribuant ainsi à l’épanouissement des personnes accueillies.

Aujourd’hui, la communauté du Caillou Blanc accueille chaque jour 37 personnes ayant un handicap mental.

•20 personnes vivent dans les trois foyers de la communauté : Le Cadran solaire (qui doit son nom au cadran solaire qui orne sa façade), Saint Joseph à Clohars-Fouesnant et Ty Levenez "maison de la joie" à Pleuven. •17 externes qui vivent seules ou dans leur famille, rejoignent la communauté en journée pour travailler à l’Etablissement et service d’aide par le travail (ESAT) ou au foyer occupationnel. •22 personnes, dont 13 externes, travaillent au sein de l’ESAT qui se divise en trois secteurs :

  • menuiserie et ébénisterie
  • cuisine (confection des repas du midi pour toute la communauté, soit une cinquantaine de repas par jour à base de produits frais)
  • jardin/espaces verts (création et entretien de jardins chez les particuliers sur le canton de Fouesnant, activité de bûcheronnage qui transforme et vend du bois de chauffage.) •L’atelier occupationnel, « Atelier découverte », situé dans la Ferme du pont propose des activités éducatives et artistiques à 13 personnes handicapées, dont 4 externes. Une communauté résolument tournée vers les jeunes. En 2006, une maison d’accueil pour les jeunes a été créée : la Maison de Michée. Des groupes scolaires viennent régulièrement découvrir la communauté.. Chaque année, ce sont ainsi plusieurs centaines d’écoliers qui viennent passer une journée avec nous. Sont aussi accuellis et intégrés à la vie communautaire, des jeunes qui viennent seuls séjourner un ou plusieurs jours. L’accueil est adapté au souhait de chacun. Depuis de nombreuses années, des « chantiers jeunes » sont organisés par la Mission Jeunes du Caillou Blanc dans d’autres pays européens : des jeunes adultes issus de différents horizons (écoles de la région parisienne, jeunes de la Fondation d’Auteuil…) partent avec des membres de la communauté pour soutenir des projets autour du handicap - mise en relation des personnes touchées par le handicap, soutien de projets proposant une vie communautaire, construction/rénovation de bâtiments pour une future communauté de L’Arche ou d’autres projets d’accueil (Lituanie, Albanie, Roumanie, Ukraine…)