Dimanche 17 décembre 2017 — Dernier ajout samedi 16 juin 2018

Préparez le chemin du Seigneur ! Enregistrer au format PDF

0 vote

Nous le chantons dans nos liturgies de l’Avent. En chantant ce refrain encore aujourd’hui, nous sommes tout simplement fidèles à une Parole qui nous vient de loin, de l’époque d’Isaïe,(VI ème s. avant Jésus-Christ). Parole que Jean le Baptiste, lui faisant écho, a criée sur les bords du Jourdain et dans le désert de Judée au 1er siècle de notre ère, à l’heure où l’attente d’un Messie sauveur était intense… Des prophètes de notre temps la font encore retentir, sous des formes différentes dans le désert du monde ; ce monde rendu désert par la soif de consommer les biens de la terre jusqu’à exploiter les « petits », par le besoin de domination, et toutes sortes d’idolâtrie… Cette même parole retentit aujourd’hui aussi dans l’intime de nos cœurs : « préparez le chemin du Seigneur ».(Is.40,3)

Quand on désire voyager, on a généralement une destination précise, on prépare l’itinéraire. Avant de prendre la route, on prévoit les pauses pour le repos du chauffeur et du véhicule, parfois les lieux réputés qui méritent un détour. Rien de semblable, semble-t-il, quand il s’agit des chemins du Seigneur. C’est Lui qui prend la route vers notre humanité ! Et quand il nous aura rejoint, on ne sait pas où il va nous conduire !

Néanmoins, il nous revient de préparer la venue du Seigneur avec la même ardeur que déployaient nos ancêtres à ériger le bel arc de triomphe à l’entrée de la commune lorsque l’Evêque du diocèse venait donner aux enfants le Sacrement de Confirmation ! Seulement, pas de décorum externe en ce temps de l’Avent, mais plutôt une toilette intérieure laborieuse qui s’incarne dans des attitudes et des actes ! Pas de sentiers dérobés ni de chemins tordus pour arriver à ses fins : «  Rendez droits ses sentiers » !(Mc 1,3). Pas de prise de moyens d’exercer sa puissance sur l’autre ni de comparaisons factices qui conduisent à la surestime ou à la mésestime de soi : aplanissez montagnes et collines et nivelez les chemins raboteux (Is 40,3)

Pas de protectionnisme outrancier ni d’accumulations inutiles de biens, mais partagez avec celui qui est dans le besoin ! "Que celui qui a deux tuniques partage avec celui qui n’en a pas, et que celui qui a de quoi manger fasse de même. (Jn 3,11) Mais soyez honnêtes et contentez-vous de ce qui vous revient (Jn 3, 13-14). Empruntez le chemin de la justice («  chevauche pour la cause de la justice » Ps.45,4), celui de l’ajustement au meilleur de soi-même et aux besoins réels de l’autre Ouvrez les yeux sur les besoins du monde et faites ce qui est en votre pouvoir pour y répondre !

Vrai paradoxe : Lui, le Seigneur, Il vient,… mais Il nous faut avancer pour qu’Il nous rejoigne : « Je te guide sur le chemin où tu marches » (Is.48, 17) Sûrs de sa Parole, nous marcherons avec des forces renouvelées (Is.40,29), nous « mettrons notre joie dans le Seigneur » et « trouverons la louange dans le Saint d’Israël » (Is.41, 16)

Vos témoignages

  • Marie France CAVALOC 18 décembre 2017 17:43

    Armandine, Merci pour ton commentaire de cet évangile de l’Avent.
    C’est un bon stimulant sur ce « chemin » où il vient et où nous sommes aussi invités à marcher à sa rencontre. Bonne dernière semaine d’Avent à toi ! Marie-France