Vendredi 25 mars 2016 — Dernier ajout samedi 16 juin 2018

Pierre à la Passion Enregistrer au format PDF

0 vote

Je t’ai suivi de loin aux pas lourds des soldats précédés de ton pas si digne d’homme libre. Tu avançais bien droit et je reconnaissais ta silhouette fière. Tu marchais devant nous en allant au jardin.

Je t’ai suivi de loin entre rage et douleur Tu n’avais pas voulu de mon glaive d’ami. Tu avais embrassé celui qui t’a trahi. Mon épée au fourreau parlait de ta douceur A chacun de mes pas, plus fort battait mon cœur. Alors, je t’ai suivi comme j’ai pu. J’ai guetté J’ai attendu.

Je viens de la nuit noire où seul dansait le feu Je viens de l’inconnue qui voulait me nommer alors que mes yeux morts ne voyaient que ton ombre - là-

J’attendais que finisse la triste mascarade tu aurais le dessus ! J’ai attendu. J’ai attendu !

Non, je n’étais pas l’ami du prisonnier J’étais ce Simon-Pierre que tu avais nommé là-bas… en Galilée.

Je viens de la nuit noire. Quand le coq a chanté j’ai su que tu allais mourir j’ai su que je t’avais renié.