Lundi 4 juillet 2011 — Dernier ajout vendredi 8 juillet 2011

Laissons jaillir l’Esprit !

0 vote

« Laissons jaillir l’Esprit ! » Rm 12, 11 « Laissons-nous conduire par l’Esprit » Ga 5, 16

« Laissons jaillir l’Esprit ! » Cet appel de Paul dans la lettre aux Romains nous est adressé à nous aussi aujourd’hui.
L’Esprit a jailli pendant 2 jours au cœur de nos rencontres. Que de fraternité vécue !
L’Esprit de Famille prend corps dans les pas de Marie Balavenne. La relation filiale à l’Esprit d’amour est sans doute un trait caractéristique de la spiritualité des FSE.
L’Esprit du Ressuscité nous établit Fils et Filles de Dieu, il nous établit progressivement membres d’une même famille spirituelle.

L’article 1 de la Règle de Vie des FSE a retenti hier comme un fondement commun entre nous. Ce charisme fondateur, nous avons à l’actualiser aujourd’hui.

Les pauvres sont notre priorité, ils sont aussi nos maîtres, ils sont l’Eglise, ils sont le Christ. Ils ne sont pas l’objet de notre charité, ils sont nos "juges et nos sauveurs." D’eux nous recevons beaucoup et nous portons la responsabilité de leur faire retour de ce qu’ils nous donnent. N’est-ce pas là la vraie richesse partagée ? Cela ne peut se faire que dans la désappropriation, l’humilité d’une vie donnée, l’audace de celui ou celle qui, habité par la force de l’Esprit, se laisse conduire par lui. Cela ne peut se faire que dans un discernement avec d’autres.

La richesse des différents états de vie et des différents engagements nous permet de vivre le charisme fondateur d’une manière originale et renouvelée.
Les associés demeurent en fidélité à leur engagement premier de baptisé vécu dans une vie de célibataire, de couple marié, de diacre ou encore de prêtre. Leur vie se colore peu à peu du charisme fondateur. Leur regard sur le monde est différent de par leur expérience même d’un état de vie différent et d’engagements professionnels souvent autres. Leur famille est sans doute leur premier lieu de « mission. »
Les laïques consacrées, dans une solitude choisie, vivent la présence au petit dans l’ordinaire de la vie, dans une étroite proximité de relation avec le voisinage, dans une consécration au Christ par les vœux en fidélité au charisme légué par Marie Balavenne.
Les religieuses, liées au Corps congrégation par les voeux, vivent en communauté, sont envoyées en mission et vivent, elles aussi, la proximité avec le peuple dans lequel elles sont envoyées…La mise en commun des biens les caractérise dans leur vœu de pauvreté.
Faire des pas nouveaux en Famille FSE demande de la confiance et de l’audace.
Avancer ensemble passe par la rencontre, la convivialité, le partage de vie, les relectures à la lumière de l’Evangile. Ont été évoquées des récollections, des retraites en Famille.
Nous sentons l’urgence de discerner ensemble les appels missionnaires face aux urgences et aux besoins du monde et de la société. Un monde traversé par tant de souffrances mais aussi par nombre de joies et de bonnes nouvelles ! A nous d’être bonne nouvelle aussi pour ce monde en annonçant dans la force et la présence de l’Esprit, le Christ Ressuscité, Fils d’un Dieu, Père de tendresse et de miséricorde. Alors, dans la confiance, « laissons-nous conduire par l’Esprit. »

Article 1 de la Règle de Vie des FSE

"Les premières FSE ont voulu vivre ensemble pour servir les pauvres, les malades, les enfants.
Elles reconnaissaient en eux la personne de Jésus-Christ et avaient pour tous un grand respect. Elles faisaient tout ce qui leur était possible pour qu’ils soient, ensemble, témoins de l’amour qui change le monde.
Ouvertes à l’Esprit, elles puisaient dans l’adoration des trois personnes de la Trinité l’amour qui les animait. Elles se donnaient sans compter, ingénieuses pour trouver les moyens de servir.
Pauvres devant les détresses qu’elles rencontraient, elles se confiait à Marie, leur « avocate auprès du Saint Esprit. » Elles vivaient simplement parmi le peuple. Ensemble elles formaient une maison de charité.
C’était des femmes humbles, habitées par l’audace de l’Esprit."

Voir en ligne : Assemblée de la « Famille » FSE