Dimanche 13 octobre 2013

Jésus bouscule les « idées reçues » Enregistrer au format PDF

0 vote

Aujourd’hui comme au temps de Jésus, les esprits sont habités par des représentations négatives qui stigmatisent des catégories de personnes et leur sont nuisibles..Jésus éduque notre regard et nos jugements

L’heure est au combat contre les « idées reçues », les idées partiellement ou totalement fausses, sur les pauvres, les Roms, les immigrés… idées qui circulent allègrement dans l’opinion publique. C’est le sens de la mobilisation du 17 octobre prochain, journée mondiale du refus de la misère, initiée il y a plus de 40 ans par le P. Joseph Wrésinski, fondateur d’ATD Quart Monde. Le 17 octobre 2013, des nombreuses associations qui œuvrent près des personnes exclues,démunies ou en grande détresse,feront réagir le public sur ces idées fausses à cause de leur généralisation et de leur fondement insuffisant.

L’attitude de Jésus à l’égard des exclus nous est un exemple. La société juive de son temps fabriquait des exclus. Le récit de Luc 17, 11-19 met en scène des « lépreux » parqués dans un espace spécifique pour ne pas rendre « impur » le reste de la population.C’était des pécheurs ! Parmi eux, au moins un samaritain, celui à qui le juif ne devait pas adresser la parole : les « idées reçues » par les ancêtres en faisait un ennemi déclaré à cause de son origine et de ses croyances tant soit peu composites.

Remarquons que ces pauvres gens, tout en venant à la rencontre de Jésus pour crier leur misère, observent la distance légale ; ils restent « hors du camp » des bien portants (Lv 13, 46). Jésus les a vus, ces infortunés de la terre ; il les a entendus… En leur demandant de se « montrer aux prêtres », observation légale juive (Lv 14,2), il leur indique un moyen de sortir de leur mal être.. « En cours de route », les voilà transformés : ils ont fait peau neuve ! TOUS sont guéris… Aucun n’est exclu du regard et du cœur du Seigneur de la Vie ! Pas même l’étranger qui pratique une religion différente, le samaritain !.. . Le comble… un seul sait dire MERCI... Sans doute pas celui auquel, en bien-pensant, on s’attendrait ! Aucun coreligionnaire, aucun juif ne se déplace… seul le samaritain se retourne et reconnait que la santé restaurée est don de Dieu et il lui rend grâce. Et Jésus fait l’éloge de cet étranger qui, auparavant doublement exclu de la société civile, va avec bonheur être réintégré dans le monde des Vivants : « Va, ta foi t’a sauvé ! »

Seigneur Jésus, pour Toi, chaque humain a du prix : tu ne regardes pas la couleur de sa peau, tu ne prends pas en considération le montant du compte en banque pas plus que les belles manières ou le beau langage… mais tu aimes chacun d’un amour unique… Que ton Esprit crée en nous une manière de voir, de penser et d’aimer selon l’Evangile Et qu’il nous inspire le geste ou la parole qui reconnaisse la dignité de ceux qui sont opprimés, le geste ou la parole qui ouvre un chemin de salut afin que grandisse dans le monde la fraternité et la paix.