Vendredi 9 mars 2018 — Dernier ajout lundi 12 mars 2018

Intercommunautaire à Rennes à la mi-carême. Enregistrer au format PDF

0 vote

Comme ce 8 mars était la mi-carême et la journée de la femme nous avons pensé qu’il était bon de se retrouver en intercommunautaire. Pour le partage, nous avons pris les étapes du C.C.F.D. 2018 :

  • s’approcher
  • se laisser toucher
  • se lier
  • se donner
  • se-lever, s’élever La communauté du Bd Sébastopol nous a invitées à prier puis nous avons partagé. En voilà quelques flashs :

« S’approcher pas à pas, découvrir l’autre inconnu. Dépasser nos peurs. Tisser ensemble une alliance. Découvrir qui est l’autre »

« Rencontre d’une personne musulmane : regard, sourire, signe de la main, puis bonjour, bonne année. Il faut du temps pour se connaître » « Des simples gestes sans importance »

« Pas à pas, une route où l’on n’est pas figé. Passer le seuil de nos peurs. Un chemin vers une espérance

«  Ouvrons-nous à l’inconnu. Bout de chemin fait avec l’un et l’autre » « Chemin d’Emmaüs »

« Que ce soit en communauté ou aux permanences, avoir une attitude bienveillante, oser. Nous avons parfois affaire à des personnes violentes, une violence verbale, il faut essayer de les rencontrer sur leur chemin, c’est un chemin de conversion »

« On entend beaucoup de choses qui bousculent. Rencontre d’un homme plein de tolérance, qui sait regarder le positif, et se remettre en cause. Cela m’appelle à être plus cohérente, à regarder le positif, à savoir me remettre en cause. Découverte de la tolérance, de la tendresse » « Laissons nous toucher par ce que l’Esprit fait de neuf. »

« Je suis dans une équipe où l’on s’entend bien. On nous a demandé d’accueillir une personne ayant des problèmes psychiques. Nous avons renoncé à la facilité, à être bien entre nous. Nous nous ouvrons à ce qui est différent, envahissant. Il nous faut nous ajuster les uns les autres, permettre à chacun de trouver sa place. Ça vaut la peine quand on voit la joie que cela donne »

« Se donner, pour cela il faut aimer. Plus on donne et plus on reçoit. En partageant, nous créons un tissu d’humanité, un tissu social et c’est de notre mission communautaire ».

« Tisser, s’approcher, aller vers l’inconnu, me laisser toucher par l’autre. Donner. Dans la parabole du Tisserand, on souligne la place indispensable de chacun, chacune » « Le fil de lin gris. Cette troisième couleur, aux dires des tisserands, est la plus importante. Le gris neutre de tous les jours. Celui qui fait chanter le bleu profond et le rouge éclatant. Celui qui est porteur d’harmonie »

Nous avons poursuivi notre prière. Puis avons partagé le bol de riz préparé par Annick Le Thiec et Eliane Nicol.