Mercredi 11 janvier 2017 — Dernier ajout samedi 16 juin 2018

Ils adorent et annoncent…. Enregistrer au format PDF

0 vote

Les bergers, les premiers, sont avertis que le Sauveur est né… Ils s’en vont, dans la nuit,se prosterner devant Lui… Après l’avoir vu, ils s’en retournent proclamer ce qu’ils ont vu et entendu !

L’Epiphanie nous rappelle que, dans la figure des Mages, c’est l’humanité entière qui reçoit l’annonce du Sauveur. Au terme d’une longue route, ils viennent se prosterner devant Lui. la Lumière du monde…

En écrivant ce récit, Matthieu avait-il en vue la vision d’Isaïe ? Après le retour des déportés de Babylone à Jérusalem, le prophète s’émerveille devant la radieuse cité sainte, Jérusalem, qui voit se rassembler la multitude des peuples. Les cœurs se dilatent ; la joie est sans faille !… En effet, tous les hommes, écrit Paul aux chrétiens d’Ephèse, « partagent la même promesse ». Tous sont sauvés par le Christ !

Le contraste est saisissant entre cette Jérusalem, radieuse d’accueillir ceux qui ont souffert de la déportation et celle où s’arrêtent le Mages déroutés par la disparition de l’Etoile qui leur indiquait leur route. L’inquiétude règne dans ses murs à l’arrivée de ces pélerins insolites en recherche du « Roi des Juifs ». Le bouleversement est total : D’abord le roi, qui semble ignorer totalement la nouvelle… et feint ses intentions Puis les scribes appelés pour éclairer le roi : ils connaissent les Ecritures certes, mais n’osent que quelques pas pour renseigner le roi, sans se réjouir de la bonne nouvelle…

Par contre, Les mages, des paîens venus d’Orient, suivent dans la joie l’étoile qui réapparaît. Humbles et disponibles, ils rencontrent Jésus , se prosternent devant Lui, et s’en vont l’annoncer sur leurs terres lointaines.