Mercredi 27 mars 2013

« Il est le Pauvre » Enregistrer au format PDF

0 vote

Jésus n’a rien… Il EST, en tant que Fils… En tout instant, il se reçoit du Père…

Jésus n’a rien… Il EST, en tant que Fils… En tout instant, il se reçoit du Père… Suivre Jésus dans son dépouillement, c’est, à sa manière, nous remettre entre les mains du Père en qui nous croyons et dont nous connaissons l’amour pour chacun…

Jésus, le « Kyrios », le Seigneur, nous le voyons laver les pieds de ses disciples. Un geste paradoxal qui renverse les rôles. Le Seigneur devient Serviteur…. « Jésus s’est abaissé pour élever les siens à la Seigneurie, à sa vie Christique ». (Malou Le Bars)

« Comme je vous ai lavés les pieds, faites-le vous aussi ». Dans ce geste, Jésus inscrit sa marque sur la marche à venir des disciples : ils ne marcheront pas pour eux, dans leur intérêt ; ils marcheront pour le Christ, la Tête du Corps nouveau ; leurs pas affermis prendront soin du corps entier. (M. Le B.)

Jésus seul vit son chemin d’obéissance et de pauvreté aimante jusqu’à l’extrême.
Par lui, grâce à lui, tout homme et toute femme ont la Vie , et nos chemins de croix peuvent être transformés en chemins d’amour et de foi.
Alors, notre vie devient accueil, service et communion…

En ces jours saints, le poète croyant, Didier Rimaud nous donne des mots pour notre prière :

Tu as choisi plus humble place Et ta livrée n’est pas d’un roi ! Laissons-lui son rôle d’esclave, Nous comprendrons à quelle loi Il obéit Et quel amour en fait sa proie : Tu es aux pieds de tes amis l’Agneau de Pâque !

Tu es captif, en humble place, Et ton aspect n’est pas d’un roi ! Regardons-le qui nous regarde, Et nous verrons comment il voit au fond de nous La création chercher sa voie, Et, sous l’Esprit qui couvre tout, Monter sa Pâque !

On l’a couché en humble place, Et son caveau n’est pas d’un roi ! Contemplons-le, pauvre visage, Pauvre cadavre après la croix, Et recevons Au cœur, comme un labour reçoit, Le grain qui tombe pour semer,