Mardi 21 février 2012 — Dernier ajout mercredi 13 novembre 2013

Conduites par l’Esprit Enregistrer au format PDF

0 vote

WE 43+ à l’écoute de l’Esprit…

Joie des retrouvailles, ambiance fraternelle et studieuse pour 38 sœurs de moins de 68 ans. Parmi elles, Marie-Thé Puech revenue du Cameroun pour accompagner une sœur malade et Anne Donnelly de la Province Angleterre, Irlandes, Pays de Galles, en France pour 3 mois… Un goût d’internationalité et de « plus jeunes »…
Au programme : - Approfondir notre foi en l’Esprit Saint - Débattre de questions qui nous habitent, face notamment à notre démographie en Province et avec les perspectives toutes proches de notre avenir.
Philo, notre Provinciale issue de nos rangs, a introduit ces deux jours en les situant dans notre orientation d’année : « Accueillons la nouveauté que l’Esprit engendre dans le monde, l’Eglise, la Congrégation au cœur de leur fragilité comme de leur richesse »
"J’ai apprécié notre journée sur l’Esprit Saint avec tout son cheminement" : évocation d’images, de mots, d’attitudes… puis relecture en petits groupes d’un fait où nous lisons la présence de l’Esprit Saint et apport apprécié de trois d’entre nous sur différentes facettes de l’Esprit.

  • l’Esprit Saint comme « personne »
  • l’Esprit fait l’Eglise
  • la vie dans l’Esprit pour nous FSE


    « Chacune a partagé des signes repérés de l’Esprit : c’était très divers. L’échange était très profond entre nous » Herveline. « Ce qui est bien, peut-être nouveau : c’est la capacité de s’animer soi-même en tant que groupe » souligne Marie-Thé.
    Anne-Marie Couloigner a bien aidé pour que les divers temps se complètent et prennent « sens » les uns par les autres.
    « C’est l’Esprit Saint qui nous a conduites à travers la prière, la réflexion et le partage ». Dès le samedi en soirée, nous abordions les éléments d’un débat qui allait nous occuper jusqu’à la fin du WE, débat animé par Ann Almodovar. Cinq questions posées par les unes et les autres sur notre groupe, notre mission, dans le contexte de notre Province vieillissante :

  • Comment continuer la route ensemble sans être trop essoufflée, voire épuisée ? Dans quel type de communauté ?
  • Quelle mission ?
  • Jusqu’où doit aller notre disponibilité ?
  • Comment approfondir la solidarité les unes avec les autres ?


    "Ce sont les mêmes questions pour nous, en Angleterre, les mêmes réalités. Qu’allons-nous faire pour l’avenir ?"Anne.
    "Qu’allons-nous faire ensemble" a insisté à plusieurs reprises Philo. Nous avons souligné « l’importance de la parole entre nous et avec les sœurs de nos communautés » pour exprimer nos aspirations et nos besoins, pour reconnaître et vivre ensemble nos fragilités.
    Etre au service du Corps est « mission » au même titre que d’être au milieu d’un peuple : nous entraider à reconnaître et valoriser les différents aspects que prend la mission. L’une d’entre nous rappelle que la mission est bien celle du Corps Congrégation. Il ne faut pas opposer un envoi missionnaire dans le « monde » et un envoi missionnaire dans une communauté au service des sœurs aînées. Nous sommes toutes ensembles insérées dans le monde et chacune apporte sa part là où elle est.
    "Nous sommes embarquées dans une aventure. Un chemin s’ouvre devant nous qui appelle de chacune un changement d’attitude" Elisabeth.
    Un beau débat, paisible où beaucoup ont dit leur parole et leurs questions, dans le respect et l’accueil.
    « La parole a circulé en toute liberté ».
    « Je pense que ce WE a renforcé la solidarité du groupe 43+. Ça nous responsabilise encore plus. » Isabelle.
    « Ce sont vraiment des retrouvailles fraternelles. On sent qu’on fait partie d’un groupe » Marie. Cela nourrit notre espérance de Filles du Saint Esprit.
    Et Philo de nous stimuler :

    "Nous sommes renvoyées à notre responsabilité, pour un avenir autre, conduites ensemble par l’Esprit Saint ; nous sommes des maillons indispensables dans le Corps Congrégation, dans une réciprocité de plus en plus grande."