Jeudi 1er mars 2018 — Dernier ajout vendredi 9 mars 2018

Carême : Les « Quarante jours avant la Pâque » (3e partie) Enregistrer au format PDF

0 vote

Les tentations de Jésus au désert

Le texte de l’évangile de Marc qui nous est proposé cette année B est très court. Mais dans sa concision, il nous dit l’essentiel. Le combat qui se livre là entre Jésus et Satan est un terrible combat, celui de l’Amour et de la haine, des ténèbres et de la Lumière, du mensonge contre la vérité. Le désert dans sa nudité et la solitude qu’on y éprouve est un lieu propice à une tentation plus dure et plus subtile. Jésus, Fils de Dieu fait homme doit subir l’épreuve du mal. Il le subit « vivant parmi les bêtes sauvages, les anges le servant ». Goûtons cet évangile de Marc disant, dans chaque détail, le combat de Dieu « venu dans la chair » « pour sauver le monde » contre Satan qui veut séduire l’homme pour le posséder.

La tentation est une réalité importante de la vie chrétienne. Le changement récent dans le Notre Père porte précisément sur l’invocation faite à Dieu sur ce point. Les mots de la prière que nous adressons à Dieu disent quelque chose de l’image que nous nous en faisons. La nouvelle expression proposée est « ne nous laisse pas entrer en tentation » Elle est plus délicate que ce que nous avons toujours dit : « ne nous soumets pas à la tentation » Elle évoque un Dieu plus attentif, plus proche. « Ne nous laisse pas entrer…Le maximum de ce que nous pouvons demander à Dieu en tant qu’être humain, libre, responsable. Le mot « soumettre » évité suggérait un Dieu un peu autoritaire presque menaçant.

Ce temps de Carême nous invite peut-être à laisser l’Esprit Saint nous tourner vers le Père avec la confiance même de Jésus et son désir puissant, en Fils Bien Aimé, de nous révéler son amour, sa gloire et sa splendeur. Le « Notre Père » nous est offert comme il fut offert aux disciples pour « apprendre à prier ».