Dimanche 5 août 2018 — Dernier ajout dimanche 8 juillet 2018

Au service Enregistrer au format PDF

0 vote

les Filles du Saint-Esprit se mettent au service des familles en difficulté. A Douarnenez, au Guilvinec, elles tiennent les « Fourneaux économiques ». Ces jours derniers, écrit sœur Saint Thomas à l’évêque de Quimper, le 30 janvier 1904, nous avions beaucoup d’hommes, le temps ne leur permettant pas d’aller en mer. C’est bien triste, Monseigneur, de voir des hommes tendre une écuelle pour obtenir un peu de soupe. Il faut qu’ils aient bien faim, il me semble, pour se soumettre à cette sorte de mendicité ! Nous souffrons de les voir ainsi. (…)

La vie de celles qui nous ont précédées est un appel. Aujourd’hui, la Famille spirituelle Filles du Saint-Esprit, Sœurs, Consacrées séculières, Associés, sert la vie selon ce qui lui est possible, souvent par le biais des associations ouvertes aux personnes en difficultés : Secours catholique, ouverture aux migrants, Restaurants du cœur, visites aux détenus et accueil de leurs famille, Aumôneries d’hôpital, présence aux gens de la rue… ou, tout simplement, dans des relations de voisinages : visites aux personnes âgées, isolées, handicapées, en Maison de Retraite, création de lieux de rencontres, « tables ouvertes », attention aux personnes dans l’épreuve…L’histoire s’alimente à l’amour ordinaire puisé aux profondeurs de l’Amour infini. Et la vie suit son cours (…)*

Caritas n°3 - Sr Angèle BLANCHARD