Dimanche 18 février 2018 — Dernier ajout dimanche 4 mars 2018

Aller au désert Enregistrer au format PDF

0 vote

Passionnantes à lire les aventures de ceux qui osent affronter la rigueur du désert, quelle qu’en soit la nature…. ; sont-elles passionnantes à vivre ?

Jésus a fait l’expérience du désert… « Poussé par l’Esprit ». Après avoir traversé le Jourdain, il entre au désert… Quelques siècles auparavant, le peuple hébreu, après avoir traversé la mer Rouge, entra au désert. Ainsi, Jésus vient récapituler toute l’histoire du peule choisi (lui qui vient d’avoir la révélation qu’il est Fils bien aimé de Père) et vivre en sa chair toutes les épreuves de l’humanité.

Le récit très sobre de Marc (1, 12-15) ne relate rien de l’expérience vécue par Jésus. Il nous dit seulement que « dans le désert, il fut tenté par Satan »… figure de tout ce qui divise et cherche querelle, selon la signification hébraïque et grecque du nom. Le désert, lieu de la faim et de la soif, lieu où s’apprend le sens du temps, où s’apprivoise le délai entre l’expérience du besoin et du désir et celle de son assouvissement ; lieu de la récrimination et de la révolte pour celui « qui veut tout tout de suite »… lieu du regret du bon temps passé sur lequel on n’a plus de prise (ce fut l’expérience des hébreux). lieu où s’éprouve la rudesse et le bonheur de l’instant ! Lieu où, à travers la marche difficile, chacun teste ses forces, ses possibilités de résistance et peut nommer ses faiblesses. Lieu où chacun prend conscience de qui il est jusque dans sa capacité de rejoindre ce qu’il y a de divin en lui : n’est-ce pas dans sa marche au désert que Moïse entra en conversation avec Dieu ?

La particularité de Marc serait-elle de nous dire que Jésus voisine avec les bêtes sauvages ? : « Il était avec les bêtes sauvages ». Avec , non en attitude de supériorité, de domination, mais paisiblement, avec elles, parmi elles.. . Chacun peut y trouver des significations… mais cela peut aussi nous rappeler cet oracle prophétique en Isaïe 11,6 : le veau, le lionceau et la bête grasse iront ensemble, conduits par un petit garçon" ! Dans l’univers biblique, les bêtes sauvages représentent tous les obstacles qui existent entre Dieu et l’homme. Ici, avec Jésus, en Jésus, tout obstacle est levé ; l’humanité est entièrement réconciliée

N’avons-nous pas à apprendre à vivre avec les « bêtes sauvages » qui nous habitent et avec la force divine qui nous habite aussi, apprendre à les maîtriser, à vivre en paix avec nous-mêmes dans l’union à Celui qui accompagne toutes les marches au désert ?